Tumeurs cérébrales pédiatriques : l’immunothérapie offre des avancées récentes

  • Wang SS & al.
  • Trends Immunol
  • 19 juin 2019

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Cette revue se concentre sur les avancées récentes relatives à l’inhibition de point de contrôle, au traitement par lymphocytes T à récepteur antigénique chimérique (Chimeric Antigen Receptor, CAR) et au traitement vaccinal chez les enfants atteints d’un gliome de haut grade (GHG).

Pourquoi est-ce important ?

  • Les tumeurs cérébrales sont les tumeurs solides pédiatriques les plus fréquentes et représentent la principale cause de mortalité liée aux cancers infantiles.

Points clés

  • Inhibition de point de contrôle immunitaire
    • Dans le cadre des tumeurs cérébrales sans syndrome d’hypermutation germinale, les inhibiteurs de point de contrôle n’ont démontré aucune efficacité.
    • Les essais ont rapporté une stabilité de la maladie avec l’inhibition de point de contrôle, principalement lorsqu’elle était associée à d’autres traitements.
  • Traitement par lymphocytes T CAR :
    • Les essais ont principalement inclus des patients adultes atteints d’un glioblastome polymorphe ; un essai a inclus un petit sous-ensemble de patients pédiatriques.
    • Le rapport bénéfice/risque doit être soigneusement évalué.
  • Vaccins thérapeutiques
    • Plusieurs vaccins ont montré des résultats prometteurs dans des études précliniques ; ces résultats n’ont pas encore été reproduits dans le cadre clinique.
    • Un essai de phase I portant sur le rindopepimut chez des enfants atteints d’un gliome diffus de la ligne médiane (GDM) a été arrêté en raison d’un recrutement lent.
    • Le ciblage de la mutation pilote de l’histone H3 du gène H3F3A a obtenu des résultats cliniques prometteurs dans le cadre du GDM.
  • Barrière hémato-encéphalique (BHE)
    • L’efficacité partielle des inhibiteurs de point de contrôle ipilimumab et pembrolizumab, dans le cadre du mélanome ou du cancer bronchique non à petites cellules (CBNPC) avec des métastases cérébrales, indique qu’ils peuvent traverser la BHE lorsque le cerveau est en état pathologique.