Tuberculose : un score prédictif adapté à la pratique clinique française

  • Caroline Guignot
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

Selon cette étude cas-contrôle, l’âge, le diabète, l’existence d’une toux, la présence d’une fièvre persistante et l’aspect radiologique des poumons contribueraient à la constitution d’un score composite permettant de sélectionner avec plus de précision les sujets immunocompétents à diagnostic probable de tuberculose pulmonaire.

Pourquoi est-ce important ?

  • Si la recherche microscopique du bacille et la mise en culture sont indispensables dans le diagnostic de tuberculose, de nouveaux outils de diagnostic microbiologique offrent une approche rapide, à la fois spécifique et sensible en cas de suspicion, comme les tests d’amplification génique (ou NAAT). Pour exemple, le test Xpert MTB/RIF® offre un diagnostic en moins de deux heures. Pour autant, il présente une sensibilité de plus de 98% en cas de culture microbiologique positive contre 67% en cas de microscopie négative. Par ailleurs, la valeur prédictive négative (VPN) d’un tel test dépend de la prévalence dans la région considérée : parce qu’elle est faible dans un pays comme le nôtre, le risque de faux positifs est élevé. Un score clinique spécifique de tuberculose et adapté à la pratique pourrait être utile afin de mieux sélectionner les sujets à diagnostiquer par NAAT.

  • Jusqu’à présent, la plupart des scores qui ont été développés dans cet objectif l’ont été sur la base d’études conduites dans des pays de prévalence élevée et de niveau de vie faible ou moyen. Cette étude propose un score adapté à la pratique clinique française. Il devra être validé à partir de données extérieures.

Principaux résultats

  • Le modèle a été bâti à partir des données de 344 patients, dont 177 sujets contrôles et 177 sujets ayant présenté une culture microbiologique positive.

  • Les facteurs associés de façon indépendante à la tuberculose pulmonaire étaient l’âge <50 ans (ORa : 4,7 [1,8-12]), le diabète (ORa : 3,2 [1,1-9,8]), l'absence de toux avec ou sans expectoration (ORa : 3,7, [1,7-8,3]), une fièvre de plus de 15 jours (aOR : 3,5, [1,3-9,5]), une localisation apicale sans cavités (ORa : 3,4 [1,4-8,5]) et une présence de cavités ou tuberculose miliaire (ORa : 19,7 [7,6-51,1]).

  • Le score bâti à partir de ces variables, compris entre 0 et 8,4, a permis d’atteindre un index-C de concordance de la courbe de 0,84. À partir d’un score de 3,3 ou plus, le modèle offrait 90% de sensibilité et 50% de spécificité.

Méthodologie

  • Le score a été établi à partir d’une étude cas-contrôle conduite dans un centre (hôpital Claude Bernard, Paris) entre 2009 et 2012 : tous les sujets adultes accueillis pour suspicion de tuberculose et ayant présenté une culture microbiologique positive ont été retenus comme cas, et appariés (1:1) à des sujets contrôles pour lesquels la suspicion n’a pas été confirmée par observation directe ou après mise en culture.

  • Tous les paramètres cliniques et données d’imagerie, de biologie, de microbiologie ont été analysés pour identifier les paramètres discriminants et construire un outil prédictif composite.

Limitations

L’étude monocentrique rétrospective a inclus une forte proportion de population migrante ayant voyagé dans des régions endémiques.