TSH : est-il dangereux de s’écarter de la concentration cible recommandée ?

  • Thayakaran R & al.
  • BMJ
  • 3 sept. 2019

  • Par Nathalie Barrès
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir 

Une étude menée chez des sujets ayant reçu un diagnostic d’hypothyroïdie montre que :

  • Les concentrations >4 mIU/L en TSH augmentent le risque de mortalité et celles >10 mIU/L augmentent le risque d’insuffisance cardiaque et d’événement ischémique par rapport à la valeur de référence de l’étude (entre 2 et 2,5 mUI/L).
  • Les concentrations en TSH
  • Les concentrations dans les valeurs normales (0,4-4,0 mUI/L) n’augmentent ni la mortalité, ni les événements ischémiques, ni les AVC/AIT, ni la fibrillation atriale ou les fractures par rapport à la valeur de référence de l’étude.

Pourquoi cette étude est intéressante ?

Bien qu’il n’y ait pas de valeur cible optimale, les différentes recommandations (européennes et américaines) suggèrent que dans le cadre d’un traitement de substitution, la concentration cible en TSH devrait être comprise entre 0,4 et 4,0 mUI/L. Ces données confirment l’intérêt de la zone cible.

Méthodologie

Cette étude rétrospective a été réalisée à partir de données de soins primaires britanniques. Les adultes ayant reçu un diagnostic d’hypothyroïdie entre le 1erjanvier 1995 et le 31 décembre 2017 ont été inclus dans les analyses.  Les taux de TSH ont été mesurés à différentes reprises entre le diagnostic et la survenue d’un événement cardiovasculaire (événement ischémique, insuffisance cardiaque, AVC/AIT, fibrillation atrial) ou fracturaire (toutes fractures confondues) ou le décès. La concentration de TSH de référence était 2 à 2,5 mIU/L, ainsi les hazard ratio ont été calculés pour les faibles et les fortes concentrations en TSH par rapport à cette concentration de référence.

Principaux résultats

Au total, les données de 162.369 patients ayant reçu un diagnostic d’hypothyroïdie et 863.072 mesures de TSH ont été incluses dans les analyses. Le suivi médian était de 6 ans, 23,2% des participants étaient des hommes et l’âge moyen au moment du diagnostic était de 58,4 ans.

Par rapport à la concentration TSH de référence (2-2,5 mIU/L), une concentration en TSH élevée (>10mIU/L) augmentait significativement le risque d’événement ischémique de 18% et celui d’insuffisance cardiaque (IC) de 42%. En revanche, ce n’était pas le cas pour le risque d’AVC/AIT.

Pour Les faibles concentrations en TSH (

La stratification par sexe et âge (≤65 ans et >65 ans) a montré que l’association entre les fortes concentrations en TSH et l’augmentation du risque d’insuffisance cardiaque restait significative seulement pour les sujets ≤65 ans. Et l’effet protecteur des faibles concentrations en TSH sur le risque d’IC restait significatif que pour les femmes et les sujets de plus de 65 ans.

En revanche, quel que soit le niveau de TSH, la mortalité était significativement augmentée : +18% pour une concentration en TSH 10 mUI/L.

Le risque fracturaire était également significativement augmenté de +15% pour les concentration en TSH >10 mUI/L.