Troubles cognitifs légers : deux interventions non médicamenteuses font mieux qu’une

  • Salzman T & al.
  • JAMA Netw Open

  • Caroline Guignot
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Selon une méta-analyse, les interventions non pharmacologiques multi-domaines faisant intervenir l'exercice physique, l'entraînement cognitif, la méditation, la musique, les compléments alimentaires, l'engagement social et/ou l'éducation apportent une meilleure amélioration de la cognition globale, de la fonction exécutive, de la mémoire et de la fluence verbale qu’une seule intervention.
  • De nouvelles études permettraient de déterminer les combinaisons les plus favorables et la durée de ces améliorations dans le temps.

Pourquoi est-ce important ?

Afin de prévenir l’évolution des troubles cognitifs légers (TCL) chez le sujet âgé, des interventions non pharmacologiques sont proposées : entraînement cognitif, exercice physique, mais aussi pleine conscience ou nutrition. Cependant, la plupart du temps, ces approches ont été évaluées seules et non combinées, et ont souvent été conduites chez des sujets en bonne santé. À travers cette méta-analyse, des chercheurs ont donc voulu mieux décrire le potentiel de ces différentes interventions non pharmacologiques en déterminant leur efficacité immédiate lorsqu’elles sont combinées versus lorsqu’elles sont envisagées seules, la nature des domaines qui sont ou non spécifiquement améliorés et la durée nécessaire pour que ces interventions soient efficaces.

Méthodologie

Toutes les études cliniques randomisées qui se sont penchées sur le sujet et qui ont fait l’objet d’une publication avant décembre 2021, quelle que soit leur langue, ont été recherchées lors de la revue systématique de la littérature. In fine, 28 études (n=2.711) ont été retenues pour les méta-analyses (nombre de sujets inclus entre 22 et 555, âge moyen 71,6 ans).

Principaux résultats

La plupart des études ont inclus dans leurs approches multi-domaines des interventions cognitives, des exercices, des suppléments nutritionnels, de l'éducation, une approche psychosociale, de la musicothérapie ou un entraînement cognitif combiné à une stimulation transcrânienne à courant continu. Selon les études, la combinaison des approches était séquentielle ou simultanée. Elles avaient recours à des interventions qui duraient en moyenne 71,3 minutes et étaient pratiquées pendant 19,8 semaines, à raison de 2,5 séances par semaine. Les études faisaient état d'une forte adhésion à l'intervention multi-domaine comme à celle n’utilisant qu’une approche.

La plupart des paramètres qui ont pu être rapportés dans ces études montrent que la taille d'effet associée aux interventions multi-domaines était supérieure à celle obtenue à l’aide d’une seule intervention : cognition globale (différence moyenne standardisée DMS, 0,41 [0,23-0,59] p< 0,001), fonction exécutive (DMS 0,20 [0,04-0,36], p=0,01), mémoire (DMS 0,29 [0,14-0,45 ; P < 0,001) et fluence verbale (DMS 0,30 [0,12-0,49], p=0,001), ainsi que différents tests d’évaluation (MMSE, test de fluence verbale par catégorie, fonctions exécutives, logique arithmétique…).