Troubles anxieux généralisés : quelles sont les molécules les plus efficaces et les mieux tolérées ?

  • Slee A & al.
  • Lancet
  • 31 janv. 2019

  • Par Agnès Lara
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

Une méta-analyse en réseau a comparé l’efficacité et l’acceptabilité des traitements pharmacologiques des troubles anxieux généralisés (TAG). La duloxétine, la prégabaline, la venlafaxine et l’escitalopram se sont avérés être les molécules les plus efficaces et présentant la meilleure acceptabilité par rapport au placebo. Ces molécules peuvent donc être considérées en traitement de première ligne dans la prise en charge des TAG. La mirtazapine, la sertraline, la fluoxétine, la buspirone et l’agomélatine se sont également montrées efficaces et bien tolérées, mais sur des échantillons de plus faible taille. Ces options peuvent donc être considérées mais nécessitent d’être confirmées par des essais de plus grande envergure. C’est la quétiapine qui a affiché la taille d’effet la plus importante, mais au prix d’un nombre plus élevé d’arrêts de traitement par rapport au placebo. De la même façon la paroxétine et les benzodiazépines se sont montrées efficaces mais moins bien tolérées.

Pourquoi cette méta-analyse a-t-elle été réalisée ?

Avec une prévalence sur la vie entière de 21% (1), les TAG constituent une pathologie fréquente. Les symptômes sont souvent cachés ou non reconnus par le patient, qui consulte parfois pour des troubles somatiques tels que des céphalées ou des troubles digestifs. Le diagnostic est alors difficile en soins primaires et la prise en charge retardée. Une fois le diagnostic posé, les options thérapeutiques sont nombreuses, et il paraissait intéressant de faire le point des données de la littérature, de façon à se détacher des intérêts de l’industrie pharmaceutique pour comparer l’efficacité des traitements.

Méthodologie

Dans cet objectif, une revue systématique et une méta-analyse en réseau ont recherché dans différentes bases de données et analysé les essais randomisés menés chez des patients ambulatoires présentant des TAG. L’efficacité et l’acceptabilité de 22 principes actifs ont ainsi pu être comparées au placebo.

Résultats 

  • Un total de 89 essais, représentant 25.441 patients suivis sur une durée médiane de 8 semaines, ont été inclus dans l’analyse. 82% d’entre eux utilisaient les critères DSM (durée de symptômes durant au moins 6 mois) pour établir le diagnostic. Et seuls 8% d’entre eux s’intéressaient à des patients de plus de 65 ans. La plupart des essais étaient réalisés en double aveugle et entraient dans le cadre du développement d’un produit de l’industrie pharmaceutique.
  • Parmi les traitements pharmacologiques testés contre placebo, la quétiapine est apparue comme la plus efficace sur l’échelle de Hamilton A, avec une différence moyenne (DM) de -3,60 par rapport au placebo et un intervalle de crédibilité (IC) 95% de -4,83 à -2,39], mais un taux d’arrêt traitement plus important (OR 1,44 [1,16-1,80]).
  • La duloxétine (DM -3,13 [intervalle de crédibilité (IC) 95% : -4,13 à -2,13]), la prégabaline (DM -2,79 [-3,69 à -1,91]), la venlafaxine (DM -2,69 [-3,50 à -1,89]) et l’escitalopram (DM -2,45 [-3,27 à -1,63]) se sont également montrés efficaces, et avec une acceptabilité proche de celle du placebo.
  • La mirtazapine, la sertraline, la fluoxétine, la buspirone et l’agomélatine se sont également montrées efficaces et bien tolérées. Mais la portée de ces résultats était limitée par la petite taille des échantillons.
  • La paroxétine et les benzodiazépines, largement étudiées, ont montré une bonne efficacité, mais avec davantage d’arrêts de traitement.

Limitations

Les essais inclus dans la méta-analyse présentaient des méthodologies très différentes.

 

1. Affections psychiatriques de longue durée. Troubles anxieux graves. Guide affection longue durée (ALD 23), HAS, juin 2007. https://www.has-sante.fr/portail/upload/docs/application/pdf/guide_medecin_troubles_anxieux.pdf