Trouble du spectre de la neuromyélite optique : les rechutes sont moins nombreuses avec le satralizumab

  • Traboulsee A & al.
  • Lancet Neurol
  • 1 mai 2020

  • Par Susan London
  • Clinical Essentials
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Pour les patients atteints d’un trouble du spectre de la neuromyélite optique (TSNMO), le satralizumab administré seul est efficace et sûr pour réduire le nombre de rechutes.

Pourquoi est-ce important ?

  • Il a auparavant été démontré que le satralizumab, un anticorps de l’interleukine-6 (IL-6), est efficace en association avec un traitement immunosuppresseur.
  • Éditorial : les résultats combinés d’essais suggèrent que l’ajout d’un traitement de fond au satralizumab utilisé seul n’apporte qu’un faible bénéfice supplémentaire.

Principaux résultats

  • Durée médiane du traitement en double aveugle : 92,3 semaines pour le satralizumab, contre 54,6 semaines pour le placebo.
  • Incidence de rechute :
    • 30 % avec le satralizumab, contre 50 % avec le placebo.
    • Rapport de risque (RR) de 0,45 (P = 0,018).
  • Plus grande efficacité en cas de séropositivité aux anticorps anti-aquaporine-4 (RR : 0,26 ; IC à 95 % : 0,11–0,63) qu’en cas de séronégativité (RR : 1,19 ; IC à 95 % : 0,30–4,78).
  • Taux d’événements indésirables (EI) :
    • Satralizumab : 473,9 événements pour 100 patients-années. 
    • Placebo : 495,2 événements pour 100 patients-années.
  • Les groupes étaient comparables concernant les EI graves et les EI conduisant à un arrêt du traitement.
  • Les résultats étaient similaires dans un essai contrôlé randomisé de phase II (TANGO) portant sur le tocilizumab (un autre anticorps anti-récepteur de l’IL-6), par rapport à l’azathioprine, dans le cadre d’un TSNMO à haut taux de rechute (RR : 0,236 ; P 

Protocole de l’étude

  • Un essai contrôlé randomisé international de phase III a été mené en double aveugle, auprès de 95 adultes âgés de 18 à 74 ans, atteints d’un TSNMO et présentant :
    • au moins 1 crise ou rechute l’année passée ;
    • un score inférieur ou égal à 6,5 à l’échelle étendue d’évaluation de l’incapacité (Expanded Disability Status Scale, EDSS).
  • Les patients ont été affectés de manière aléatoire selon un rapport de 2:1 au satralizumab ou à un placebo par voie sous-cutanée, aux semaines 0, 2, 4, puis toutes les quatre semaines.
  • Critère d’évaluation principal : le délai avant la première rechute.
  • Financement : Chugai Pharmaceutical (Roche).

Limites

  • Tailles des groupes modestes.
  • Taux de rechute relativement faible.