Trois facteurs prédictifs du risque de fracture chez les survivants d’une leucémie/d’un lymphome de l’enfance ont été identifiés

  • Bloomhardt HM & al.
  • Cancer
  • 19 sept. 2019

  • Par David Reilly
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les survivants d’une leucémie/d’un lymphome de l’enfance qui font l’objet d’une surveillance par absorptiométrie double énergie à rayons X (Dual Energy X-ray Absorptiometry, DXA) recommandée par le Groupe d’oncologie pédiatrique (Children’s Oncology Group, COG), qui étaient plus âgés au moment du diagnostic, et qui sont d’origine ethnique blanche et en insuffisance pondérale, présentaient le risque le plus élevé de présenter une densité minérale osseuse (DMO) lombaire faible et des fractures ultérieures.  

Pourquoi est-ce important ?

  • Le COG recommande que les survivants exposés à un traitement associé à une perte de DMO fassent l’objet d’une surveillance de la DMO à partir de 2 années après le traitement.

Protocole de l’étude

  • Une étude a été menée afin d’évaluer la fréquence de réduction de la DMO chez 542 survivants d’une leucémie/d’un lymphome de l’enfance qui avaient arrêté le traitement anticancéreux il y a au moins 2 ans et qui faisaient l’objet d’une surveillance de la DMO.
  • Financement : Bourse de recherche pour les étudiants en médecine de Yale (Yale Medical Student Research Fellowship).

Principaux résultats

  • 17,2 % et 3,5 % des patients, respectivement, présentaient une DMO lombaire faible ou très faible. La variabilité entre les sous-groupes était élevée.
  • 10,8 % des survivants âgés de 15–19 ans au moment du diagnostic présentaient une DMO très faible.
  • Les éléments suivants étaient associés de manière significative à une DMO faible lors de l’analyse multivariée :
    • Âge plus avancé au moment du diagnostic (P 
    • Origine ethnique blanche (P = 0,02).
    • Insuffisance pondérale (P 
  • Risque de fracture des doigts, après le traitement, chez les patients présentant ou non une DMO faible : rapport de cotes (RC) de 2,2 ; IC à 95 % : 1,3–3,7.
  • Risque de fracture des os longs chez les patients présentant ou non une DMO faible : RC de 2,7 ; IC à 95 % : 1,5–4,7.

Limites

  • L’étude n’incluait des données de DXA que pour la colonne lombaire.