Traumatisme : l’administration de soins critiques en préhospitalier sous la direction d’un médecin est liée à une mortalité plus faible

  • Maddock A & al.
  • Emerg Med J
  • 20 janv. 2020

  • Par Jenny Blair, MD
  • Clinical Essentials
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Le recours à des équipes de soins critiques en préhospitalier (ESCPH) pour des patients adultes ayant subi un traumatisme est corrélé à une meilleure survie, dans cette étude écossaise.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les soins de traumatologie en préhospitalier affectent la capacité fonctionnelle et la qualité de vie (QdV) futures du patient.
  • Une étude de 2007 menée au Royaume-Uni a révélé que les décès dus à un traumatisme en préhospitalier étaient en grande partie le résultat d’une obstruction des voies aériennes, de lésions thoraciques ou d’un choc hypovolémique, la plupart du personnel ambulancier n’étant pas nécessairement formé à prendre en charge toutes ces affections.
  • L’Écosse dispose de plusieurs de ces équipes dirigées par un médecin, qui sont très bien formées et expérimentées dans la prise en charge des traumatismes.
  • De précédentes études ayant porté sur des équipes similaires ont suggéré la présence d’un bénéfice sans toutefois l’avoir établi.
  • Ces équipes ont un coût élevé et l’évaluation de leur efficacité constitue une priorité.

Principaux résultats

  • Dans une analyse multivariée, la probabilité de mortalité en présence de soins critiques en préhospitalier et en leur absence était comme suit :
    • rapport de cotes (RC) : 0,56 (IC à 95 % : 0,36–0,86 ; P = 0,01). 

Protocole de l’étude

  • Il s’agit d’une étude de cohorte rétrospective basée sur un registre menée à l’échelle nationale, utilisant des données de 2011 à 2016 (n = 14 280).
  • Les auteurs ont comparé les résultats chez les patients adultes ayant subi un traumatisme et reçu des soins de la part d’ESCPH (n = 776), par rapport à ceux ayant reçu les soins habituels de la part de personnels paramédicaux ou de secouristes (n = 13 504).
  • Critère d’évaluation : mortalité à 30 jours.
  • Financement : Service de secours médical d’urgence d’Écosse (Scotland’s Emergency Medical Retrieval Service). 

Limites

  • Il s’agit d’une étude rétrospective. Il est possible qu’il y ait des facteurs de confusion résiduels.
  • 2 877 patients ont dû être exclus en raison de données incomplètes.
  • Les décès en préhospitalier n’ont pas été inclus.