Transversales : Plein feux sur la PrEP

  • Dr Catherine Azoulay

  • JIM Actualités des congrès
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

En France depuis 10 ans, on relève 6 000 nouveaux cas d'infection VIH chaque année. Le nombre annuel de personnes découvrant leur séropositivité VIH est donc stable. Ainsi, la prévention de l'infection doit indéniablement être renforcée: ABC (Abstinence, Be faithfull, Condoms), utilisation de préservatifs qui diminuent de 70 à 80 % le risque de transmission sexuelle, prise d'un traitement antirétroviral par les personnes infectées et utilisation des antirétroviraux en prévention (prophylaxie post-exposition et prophylaxie pré-exposition - PrEP).

La prophylaxie préexposition (PrEP), utilisée en France depuis 2016 (RTU), est une véritable révolution dans l'histoire de la prévention infectieuse. Pour rappel, il s'agit de la prise d'antirétroviraux débutés avant le rapport sexuel et poursuivis après le rapport pour réduire le risque d'infection VIH chez les sujets à risque. La PrEP à la demande a montré son efficacité contre placebo chez les HSH (hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes) dans l'étude française IPERGAY (réduction relative de 86 % de l'incidence de l'infection à VIH 1 à 13 mois), avec une prise moyenne de 15 comprimés par mois. Chez les hétérosexuels, l'essai Partners PrEP a montré l'efficacité d'une prise continue d'antirétroviraux chez les hommes et les femmes (avec un résultat inférieur cependant). Les effets indésirables relevés ont été principalement digestifs. Une baisse initiale du débit de filtration glomérulaire est compensée au cours de la poursuite du traitement. Des recommandations HAS nationales sont maintenant disponibles sur le sujet. Ce traitement est destiné aux plus de 18 ans à haut risque d'infection par le VIH par voie sexuelle* à la sérologie VIH négative avec les tests ELISA de 4ème génération, sans signe de primo-infection ni exposition récente au VIH.

Au terme de la 1ère année d'utilisation sur 1 435 personnes-années de suivi, 4 séroconversions ont été observées (incidence de 0,28/100 PA), toutes liées à une mauvaise observance thérapeutique. Au 30 juin 2018, 10 405 personnes (98 % d'hommes) ont initié une PrEP (Truvada®) en France dont près de la moitié en Ile de France. La prescription initiale se fait en Cegidd (Centres gratuits d'information, de dépistage et de diagnostic) ou à l'hôpital avec un suivi 1 fois par an et les ordonnances intermédiaires peuvent être faites en ville.

* Les personnes ayant un haut risque d'infection par le VIH par voie sexuelle sont notamment les HSH ou les transgenres, les travailleurs du sexe, les personnes originaires d'une région à forte prévalence, les personnes à partenaires multiples et les toxicomanes IV.