Trajectoire du poids entre la naissance et l’adolescence : comment identifier les enfants à risque de surpoids

  • Lu Y & al.
  • Eur J Public Health
  • 3 janv. 2020

  • Par Caroline Guignot
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Principaux messages

  • Les sujets qui avaient un faible poids de naissance étaient ceux qui avaient le plus de risque de présenter une prise de poids rapide durant les premiers mois de vie.

  • La prise de poids rapide était associée au risque de présenter un IMC élevé ou un surpoids entre 5 et 14 ans. Cette association était vérifiée quel que soit le poids corporel initial mais elle s’est avérée plus forte lorsque le poids de naissance était élevé.

 

Plusieurs études ont décrit l’association entre une prise de poids rapide précoce après la naissance et le développement ultérieur de l’adiposité. Ainsi, le risque de développer un surpoids ou une obésité entre l’adolescence et l’âge adulte serait multiplié par 4 chez ceux qui ont présenté une prise de poids rapide durant l’enfance (définie par +0,67 du score de déviation standard). Cependant, la plupart des études qui se sont intéressées à la question ont utilisé des données transversales, et l’évolution longitudinale du parcours a peu été évaluée. L’ European Journal of Public Health publie une étude prospective longitudinale britannique sur le sujet, fondée sur l’analyse de la Millenium Cohort Study .

Deux enfants sur 5 concernés par la prise rapide de poids avant leur 3 ans

Dans ce travail, les données de naissance et de suivi de 18.818 enfants recrutés à l’âge de 9 mois ont été collectées à l’âge de 3, 5, 7, 11 et 14 ans. Ces enfants ont été classifiés selon leur poids de naissance (PN) jugé faible (90e percentile) par rapport à celui attendu pour l’âge gestationnel. La prise de poids rapide était définie par une modification du poids de +0,67 du score de déviation standard entre 0 et 3 ans, traduisant le passage d’une des courbes clés de percentile et un changement de couloir. 

Ainsi, 42,3% des enfants de la cohorte ont eu un épisode de prise de poids rapide durant les 3 premières années. Ce phénomène était d’autant plus fréquent que le poids de naissance était faible : 86,0%, 42,1% et 6,0%, respectivement dans les groupes poids de naissance faible, normal et élevé. 

Quel que soit l’âge de suivi, ceux qui avaient présenté un épisode de prise de poids rapide avaient un IMC supérieur par rapport aux autres. Ainsi, la différence d’IMC était en moyenne de 0,76 kg/m² chez les garçons et 0,87 kg/m² chez les filles entre ces deux groupes de sujets à l’âge de 5 ans, et de 1,37 kg/m² et 1,75kg/m² respectivement, à l’âge de 14 ans.

Enfin, l’association entre la prise de poids rapide et l’augmentation ultérieure de l’IMC était plus forte lorsque le poids de naissance était plus élevé : ainsi, la différence d’IMC était en moyenne de 2,98 kg/m² parmi le groupe poids de naissance élevé à l’âge de 5 ans, alors qu’elle était de 1,13 et de 1,38 kg/m² dans les groupes poids de naissance normal et élevé respectivement.