Traitement par 5-ASA, comment suivre la fonction rénale ?

  • Guillo L & al.
  • Dig Liver Dis

  • Nathalie Barrès
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

Bien que plus de 80% des praticiens semblent suivre la fonction rénale lors de la prescription de 5-aminosalicylique (5-ASA) sur la base de 3 critères principaux (créatinine sérique, taux de filtration glomérulaire (MDRD) et protéinurie des 24 heures), aucun consensus n’est réellement établi.

Une équipe française vient d’effectuer une revue de la littérature sur le sujet et propose un protocole en fonction de la présence ou non de comorbidités, d’une maladie rénale chronique et de la prise concomitante de traitement néphrotoxique ou d’une corticothérapie. Le suivi de la fonction rénale en routine est simple, peu coûteux et permet un diagnostic précoce d’une atteinte rénale.

Méthodologie

Toutes les études pertinentes ayant suivi la fonction rénale de sujets traités par 5-ASA ont été identifiées par une revue de la littérature à partir des bases de données PubMed, Embase et Web of Science entre juillet et août 2020.

Résultats

Selon les études, l’incidence de la néphrotoxicité sous 5-ASA serait de 1 cas pour 4.000 personnes-années à 1,7 cas pour 1.000 personnes par an. À partir des données de différentes études, la prévalence de la détérioration de la fonction rénale sous 5-ASA serait de 0,06% (suivi seulement sur 6 à 12 mois). Selon une étude nationale française, 82% des praticiens rapportaient réaliser systématiquement ce suivi en pratique. Les résultats de la revue de la littérature réalisée mettent en évidence que la créatinine sérique, le taux de filtration glomérulaire estimé et la protéinurie des 24 heures sont les 3 tests les plus utilisés pour suivre la fonction rénale en pratique quotidienne. Il existe quelques stratégies de suivi et des recommandations, mais aux conclusions contradictoires. À ce jour, il n’existe aucune preuve médicale formelle indiquant qu’une stratégie de suivi serait meilleure qu’une autre. 

À partir de ce travail, les auteurs proposent un protocole de suivi pour aider les praticiens. Celui-ci passe par une évaluation de la fonction rénale initiale par dosage de la créatinine sérique, le débit de filtration glomérulaire estimé (MDRD) et la protéinurie des 24 heures. Puis si le patient a des comorbidités (hypertension et diabète), une maladie rénale chronique, ou s’il prend de manière concomitante un traitement néphrotoxique ou une corticothérapie, un suivi tous les 3 mois (créatinine sérique, DFGé (MDRD) et protéinurie des 24 heures) est nécessaire. Sinon, un suivi tous les 3-4 mois durant la première année, puis tous les 6 mois ensuite suffira (créatinine sérique, DFGé (MDRD), protéinurie des 24 heures).