Traitement de première intention de la LLC : bien que cher, l’ibrutinib permet de réaliser des économies globales, par rapport à l’immunochimiothérapie

  • Emond B, et al.
  • Clinical Lymphoma, Myeloma and Leukemia
  • 16 août 2019

  • Par David Reilly
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Dans le cadre de la leucémie lymphocytaire chronique (LLC), un traitement de première intention par ibrutinib en monothérapie était associé à un délai jusqu’au prochain traitement (Time to Next Treatment, TTNT) plus important qu’une immunochimiothérapie (ICT), y compris l’association bendamustine et rituximab (BR).
  • L’ibrutinib a été associé à des économies globales lorsque les frais médicaux étaient pris en compte.

Pourquoi est-ce important ?

  • L’ibrutinib a démontré des résultats favorables, comparativement aux schémas d’ICT. Cependant, certaines préoccupations persistent concernant le coût pharmaceutique élevé de l’ibrutinib.

Protocole de l’étude

  • Une étude a été menée afin de comparer le TTNT et les frais, chez les patients atteints d’une LLC qui ont fait l’objet d’un traitement de première intention par ibrutinib en monothérapie (n = 322) ou ICT (n = 839), dont BR (n = 455).  
  • Financement : Janssen Scientific Affairs, LLC

Principaux résultats

  • À 24 mois de suivi, les patients étaient significativement moins susceptibles de commencer une ligne de traitement ultérieure lorsqu’ils prenaient de l’ibrutinib en monothérapie, comparativement à :
    • une ICT : rapport de risque [RR] de 0,54 ; IC à 95 % : 0,33–0,90 ; P = 0,0163 ;
    • l’association BR : RR de 0,54 ; IC à 95 % : 0,32–0,92 ; P = 0,0208.
  • Les patients recevant un traitement de première intention par ibrutinib ont présenté un nombre moins important de jours avec visites ambulatoires par mois : rapport des taux de 0,75 ; P = 0,0200.
  • L’ibrutinib était associé à un coût pharmaceutique plus élevé. Cependant, ces coûts étaient considérablement compensés par des coûts médicaux plus faibles, ce qui entraînait une économie nette mensuelle moyenne de coûts toutes causes confondues de 3 766 $ (P 

Limites

  • Les patients recevant de l’ibrutinib pourraient avoir été plus susceptibles de présenter des caractéristiques cytogénétiques défavorables.