Traitement de ligne tardive du CCRm : une maladie volumineuse est associée à de moins bons résultats avec un traitement anti-EGFR

  • Kratz JD & al.
  • J Natl Compr Canc Netw
  • 1 déc. 2018

  • Par Jim Kling
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Un volume tumoral métastatique important et une tumeur primitive située du côté droit sont associés à une moins bonne SG avec un traitement de ligne tardive anti-récepteur du facteur de croissance épidermique (Epidermal Growth Factor Receptor, EGFR) dans le cadre du cancer colorectal métastatique (CCRm).
  • Les patients dont la tumeur primitive était située du côté droit présentaient un volume tumoral accru.

Pourquoi est-ce important ?

  • Des études supplémentaires doivent examiner le volume tumoral métastatique ainsi que le profilage moléculaire, afin de déterminer les patients qui pourraient tirer profit d’un traitement anti-EGFR de ligne tardive.

Protocole de l’étude

  • Une analyse rétrospective monocentrique a été réalisée auprès de 62 patients atteints d’un CCRm avec gène KRAS de type sauvage et recevant un traitement anti-EGFR de ligne tardive.
  • Financement : Institut national américain du cancer (National Cancer Institute).

Principaux résultats

  • Sur les 47 tumeurs, 15 étaient situées du côté droit. Les patients présentant une tumeur du côté droit étaient plus âgés (moyenne : 69 ans contre 59 ; P = 0,04), présentaient des métastases de taille plus importante (diamètre maximal moyen : 52,7 mm contre 28,5 ; P = 0,03) et ont obtenu une moins bonne SG (6,8 mois contre 16,7 ; P = 0,047).
  • Après une correction pour prendre en compte la localisation de la tumeur, une maladie volumineuse (définie comme toute lésion unique présentant un diamètre transversal ou un axe ganglionnaire court supérieur ou égal à 35 mm au niveau de sa longueur maximale) était associée à :
    • une moins bonne survie sous traitement anti-EGFR (6,0 mois contre 16,0 ; P = 0,006) ;
    • une moins bonne SSP (3,5 mois contre 7,2 ; P = 0,001) ;
    • un taux de réponse objective moins élevé (9,5 % contre 38,7 % ; P = 0,044) ;
    • une moins bonne SG (6,0 mois contre 23,4 ; P 

Limites

  • Étude monocentrique et rétrospective.