Traitement anti-VIH à base de dolutégravir : l’effet est limité sur les marqueurs neuropsychiatriques à la suite d’un changement de traitement

  • Chan P & al.
  • AIDS Res Ther
  • 7 janv. 2020

  • Par Liz Scherer
  • Clinical Essentials
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Le passage à un traitement antirétroviral (TAR) à base de dolutégravir (DTG) ne semble pas aggraver les événements indésirables neuropsychiatriques (EI-NP), chez les hommes infectés au virus de l’immunodéficience humaine (VIH) présentant une suppression virale. 
  • Des augmentations modestes des mesures de la dépression somatique (Questionnaire sur la santé du patient à 9 items ; Patient Health Questionnaire-9, [PHQ-9]) ont été observées.

Pourquoi est-ce important ?

  • En dépit de ce qui a été rapporté précédemment, le TAR à base de DTG entraîne des EI-NP relativement stables. Les cliniciens devraient cependant effectuer un suivi des symptômes somatiques éventuels (céphalées, sensation vertigineuse, insomnie, impatiences) chez les patients.

Principaux résultats

  • L’étude a inclus 254 participants (99 % de Thaïlandais ; 95 % de sexe masculin) ; âge médian : 30 ans (intervalle interquartile [IIQ] : 25–36).
  • Durée médiane avant le changement de traitement : 144 semaines (IIQ : 24–92) ; 82 % des patients étaient sous TAR à base d’éfavirenz (EFV).
  • Les scores au dépistage de la dépression en 2 questions (2Q-Depression screen) et au thermomètre de la détresse (Distress Thermometer, DT) sont demeurés inchangés (P > 0,10).
  • Le score PHQ-9 a augmenté entre la période avant le changement de traitement (5 ; IIQ : 1–7) et la période après le changement de traitement (5 ; IIQ : 2–8) dans l’IIQ supérieur (P = 0,009).
  • Des augmentations ont été observées pour les sous-scores du PHQ-9 entre la période avant le changement de traitement (2 ; IIQ : 0–3) et la période après le changement de traitement (2 ; IIQ : 1–3) ; P = 0,007.
  • À l’analyse multivariée, une suppression virale préexistante (différence moyenne : -3,2 ; P = 0,006) et un score au PHQ-9 supérieur à 10 (différence moyenne : -2,7 ; P 

Protocole de l’étude

  • Une analyse de suivi a été réalisée, à partir de données recueillies de façon prospective auprès d’adultes infectés au VIH, passant d’un TAR à base d’EFV-I à un TAR à base de DTG, décrivant les dimensions affectives et somatiques de la dépression, et les performances neurocognitives avant/après le passage au DTG.
  • Financement : Fondation Henry M. Jackson pour l’avancement de la médecine militaire (Henry M. Jackson Foundation for the Advancement of Military Medicine), département de la Défense des États-Unis (US Department of Defense).

Limites

  • Le caractère généralisable était limité.
  • Pas de groupe témoin.