Traitement adjuvant du cancer du sein : les données penchent en faveur de l’association d’un taxane et d’une anthracycline sans cyclophosphamide

  • Breast Cancer Res Treat
  • 9 avr. 2019

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’ajout de cyclophosphamide à une chimiothérapie adjuvante composée d’un taxane et d’une anthracycline (TA) n’a pas permis d’améliorer les résultats de survie à 70 mois et était associé à une augmentation de la toxicité, dans une étude portant sur des femmes atteintes d’un cancer du sein précoce à ganglions positifs.

Pourquoi est-ce important ?

  • Un traitement adjuvant par taxane, anthracycline et cyclophosphamide (TAC) constitue actuellement le traitement de référence, mais il pourrait être remplacé par le schéma TA si ces résultats se maintiennent lors des évaluations ultérieures.

Protocole de l’étude

  • Un essai contrôlé randomisé a été mené auprès de 640 femmes atteintes d’un cancer du sein de stade pT1–4N1–3M0, âgées de 18 à 70 ans.
  • Le schéma TA consistait en une administration par voie intraveineuse de 75 mg/m2 d’épirubicine et de 75 mg/m2 de docétaxel tous les 21 jours ; pour le schéma TAC, 500 mg/m2 de cyclophosphamide par voie intraveineuse étaient ajoutés.
  • La QdV a été évaluée à l’aide de la traduction en chinois du questionnaire sur la qualité de vie de l’Organisation européenne pour la recherche et le traitement du cancer (European Organization for Research and Treatment of Cancer Quality of Life Questionnaire, EORTC QLQ-C30) ; plus le score était élevé, meilleure était la QdV.
  • Financement : Aucun.

Principaux résultats

  • Après une durée de suivi médiane de 70 mois, aucune différence n’a été observée entre les schémas TA et TAC dans les domaines suivants :
    • survie sans maladie médiane : 79,7 % contre 75,6 % (P = 0,371) ;
    • SG médiane : 85,1 % contre 87,6 % (P = 0,271).
  • Le schéma TA était associé à moins de toxicités de grade 3/4 que le schéma TAC :
    • vomissements : 11,7 % contre 18,1 % (P = 0,025) ;
    • nausées : 13,0 % contre 19,4 % (P = 0,031).
  • La QdV était meilleure avec le schéma TA qu’avec le schéma TAC (74,11 ± 5,250, contre 67,92 ± 4,449 ; P = 0,001).

Limites

  • Essai mené en ouvert.
  • Statut des récepteurs hormonaux inconnu.