Toutes les TNE abdominales ne nécessitent pas une prophylaxie de la TEV postopératoire

  • Skertich NJ & al.
  • J Gastrointest Surg
  • 22 janv. 2019

  • Par Jim Kling
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • La prophylaxie de la thromboembolie veineuse (TEV) pourrait ne pas être nécessaire chez les patients atteints de tumeurs neuroendocrines (TNE), excepté dans le cas d’un taux d’albumine préopératoire faible ou de trouble hémorragique.  

Pourquoi est-ce important ?

  • Après une chirurgie abdominale majeure, une prophylaxie de la TEV de quatre semaines est recommandée par plusieurs directives.
  • La biologie tumorale des TNE est différente de celle des autres cancers, et le risque de TEV pourrait être différent.

Protocole de l’étude

  • Une revue rétrospective de 7 226 opérations, issues du Programme national américain d’amélioration de la qualité des interventions chirurgicales (National Surgical Quality Improvement Program).
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Principaux résultats

  • La fréquence à 30 jours des TEV dans les TNE était de 2,0 %. Ce taux était similaire que les TNE soient bénignes, malignes ou mal différenciées.
  • La fréquence à 30 jours des TEV était plus faible dans les cas de TNE non pancréatiques que dans les cas de TNE pancréatiques (1,5 % contre 3,3 % ; P 
  • Dans le cadre des TNE abdominales non pancréatiques, 49,4 % des TEV étaient des embolies pulmonaires, contre 54,1 % pour les TNE pancréatiques.
  • Une association avec un risque accru de TEV a été identifiée chez les patients atteints d’une TNE et présentant :
    • un taux d’albumine préopératoire faible (pour chaque baisse d’une unité) : RC de 2,12 (P 
    • un trouble hémorragique : RR de 3,54 (P 

Limites

  • Analyse rétrospective.