Toutes les 40 secondes, 1 personne met fin à ses jours


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Même si le taux mondial de suicide standardisé par âge a baissé entre 2010 et 2016, des experts ont averti que cette baisse n’est pas suffisamment rapide pour atteindre les objectifs mondiaux de réduction de la mortalité par suicide. 

Les dernières données du rapport Suicide dans le monde : estimations mondiales de la santé (Suicide in the world: Global Health Estimates) montrent que le taux mondial de suicide standardisé par âge pour 2016 était de 10,5 pour 100 000 habitants. Les taux ont grandement varié selon les pays et les régions. Les taux de suicide dans les régions de l’Afrique (12,0 pour 100 000 habitants), de l’Europe (12,9 pour 100 000 habitants) et de l’Asie du Sud-Est (13,4 pour 100 000 habitants) étaient plus élevés que la moyenne mondiale en 2016. Le taux de suicide le plus faible a été constaté dans la région de la Méditerranée orientale (4,3 pour 100 000 habitants). Près de trois fois plus d’hommes que de femmes ont mis fin à leur jour dans les pays à revenu élevé, par opposition aux pays à revenus faible et intermédiaire, où les taux étaient plus équilibrés.

Les méthodes de suicide les plus fréquentes étaient la pendaison, l’auto-empoisonnement par pesticides et les armes à feu.

« Malgré les progrès réalisés, on compte toujours 1 décès par suicide toutes les 40 secondes », a déploré le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, le directeur général de l’OMS. « Chacun de ces décès est une tragédie pour la famille, les amis et les collègues. Or, on peut éviter les suicides. Nous appelons tous les pays à intégrer, de manière durable, les stratégies de prévention du suicide qui ont fait leurs preuves dans leurs programmes nationaux de santé et d’éducation. »