Tous les enfants ayant un score d'Apgar normal sont-ils vraiment sans risque ?

  • Razaz N & al.
  • BMJ
  • 7 mai 2019

  • Par Caroline Guignot
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

Un score d'Apgar compris entre 7 et 9 est associé à un risque majoré de décès et de complications, selon une étude de cohorte suédoise menée auprès de 1,5 millions d’enfants nés à terme de grossesse unique. Ainsi, à un temps de mesure déterminé (1, 5 ou 10 minutes), plus le score approche la valeur normale basse, et plus les risques de complications néonatales apparaissent élevés. De plus, pour un même score d'Apgar compris entre 7 et 9, le risque apparait plus élevé lorsque la mesure est réalisée à 5 et, a fortiori , 10 minutes, par rapport à la mesure du score à 1 minute. Enfin, les nouveaux-nés dont le score normal varie à la baisse d’un temps de mesure à l’autre ont aussi un risque supérieur par rapport aux autres.

Si cette étude reste observationnelle, elle suggère toutefois que la mesure du score d'Apgar à 10 minutes soit être systématiquement réalisée, quels que soient les scores à 1 et 5 minutes.

Pourquoi cette étude est-elle intéressante ?

S’il est parfaitement établi qu’un score d'Apgar inférieur à 7 accroît le risque de morbimortalité des nouveaux-nés, les données concernant le risque encouru par les enfants dont le score est compris entre 7 et 9 sont moins fréquentes. L’équipe suédoise auteure de ce travail a montré dans de récents travaux que le risque d’épilepsie et de paralysie cérébrale était accru pour les enfants ayant un score compris entre 7 et 9 à 1, 5 ou a fortiori 10 minutes après la naissance. Ils proposent dans la présente publication une évaluation plus large des questions de morbimortalité au cours des 27 premiers jours de vie (infections, complications liées à l’asphyxie comme l’encéphalopathie hypoxique-ischémique ou les crises convulsives, hypoglycémie, détresse respiratoire).

Méthodologie

  • Les données de 1.834.641 enfants nés vivants de grossesses uniques entre 1999 et 2016 ont été rassemblées : les auteurs ont sélectionné les nouveaux-nés nés à terme, sans malformation congénitale majeure, et pour lesquels les scores d'Apgar à 1, 5 et 10 minutes étaient disponibles, soit 1.551.436 enfants.
  • Les analyses multivariées ont été conduites après ajustement sur de nombreux critères dont l’âge, l’IMC et le statut tabagique de la mère, le sexe, l’âge gestationnel et l’année de naissance de l’enfant.

Principaux résultats

  • Parmi la cohorte analysée, 11%, 89% et 97% des enfants présentaient un score d'Apgar de 10 à 1, 5 et 10 minutes, respectivement.
  • À 10 minutes, présenter un score compris entre 9 et 7 était associé à un risque accru et croissant de mortalité néonatale par rapport à un score de 10.
  • Le délai séparant la naissance d’un score d'Apgar normal inférieur à 10 renforçait le risque de morbimortalité néonatale : ainsi un score Apgar de 9 était associé à un risque de 1,5 puis de 2,1 et de 3,3 lorsqu’il était mesuré à 1, 5 et 10 minutes respectivement, par rapport à un enfant présentant un score de 10 à 1 minute. Cette association entre le score d'Apgar et la morbidité néonatale était observée quel que soit le mode d’accouchement.
  • La diminution du score Apgar de 10 à 9 entre les mesures à 5 et à 10 minutes était associée à un risque supérieur de détresse respiratoire, d’infection ou d'hypoglycémie néonatale : les odds ratio ajustés étaient ainsi respectivement de 29,0 [23,9-35,3], 4,1 [2,7-6,4], 2,5 [1,7-3,7].

Principales limitations

La mesure du score d’Apgar est sujette à une variabilité inter-individuelle. Par ailleurs, les interventions éventuelles réalisées à la naissance et ayant pu influencer le score APGAR ne sont pas connues.

Financement

L’étude a été financée par les pouvoirs publics suédois.