Thyroïdectomie : Le magnésium, facteur de risque important d’hypocalcémie ?

  • Liu RH & al.
  • JAMA Otolaryngol Head Neck Surg
  • 9 janv. 2020

  • Par Caroline Guignot
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Messages principaux

  • L’hypocalcémie est fréquente après une thyroïdectomie, et notamment après exérèse large, mais disparaît progressivement pour ne concerner que 4,4% des personnes opérées.

  • L’existence d’un trouble du magnésium est le facteur de risque associé le plus fort de présenter une hypocalcémie à court ou long terme (1 ou 12 mois) après l’opération.

L’hypocalcémie est une complication temporaire fréquemment rencontrée après une thyroïdectomie. Afin d’éviter sa chronicisation, l’identification des facteurs de risque est intéressante à mener. Différents paramètres ont été identifiés par ailleurs (hypocalcémie pré-opératoire, hypovitaminose D, goitre volumineux...), mais aucune de ces analyses n’avait été menée parmi une base de données large offrant une évaluation solide de leur poids respectif. L’analyse menée à partir d’une base américaine d’assurés médicaux (MarketScan), a permis de décrire le poids de nouveaux éléments.

Contrôler le magnésium pour prévenir l’hypocalcémie

Les dossiers médicaux de tous les adultes ayant suivi une thyroïdectomie entre janvier 2010 et décembre 2012 ont été analysés, soit 126.766 cas (âge moyen 46,5 ans, 81,6% de femmes, 93,0% sans comorbidités), 50,2% ont été réalisées pour cancer.

Trente jours après l’opération, l’hypocalcémie concernait 19,1% des patients et de manière plus prégnante les femmes (85,1 vs 80,8% chez les hommes) et les jeunes (33,8% pour les moins de 39 ans vs 28,4%). Le pourcentage d’hypocalcémie  atteignait 5,3% à 6 mois et 4,4% à 12 mois.

L’analyse multivariée montre l’hypocalcémie était associée à différents facteurs de risque indépendants, comme le fait d’être de sexe féminin, de présenter un cancer thyroïdien, plus de 2 comorbidités, ou une lésion opératoire de la parathyroïde. Les rapports de risque ( odds ratio ) étaient compris entre 1 et 2 selon le paramètre considéré.

Les troubles du magnésium constituent les facteurs de risque d’hypocalcémie les plus importants à court et long terme, avec un odds ratio de 8,40 [7,21-9 ,79] et 25,23 [19,80-21,17] à 3 et 12 mois respectivement. Ce lien reposerait sur les rapports étroits entretenus par le métabolisme du calcium et celui du magnésium.

Si cette étude est limitée par la nature rétrospective de l’analyse, menée à partir d’une base dans laquelle certaines informations cliniques n’ont pas été recensées, elle permet de penser que prendre en charge les troubles du magnésium permettrait de prévenir en partie les hypocalcémies post-opératoires.