Test AD-8 pour informateurs : sensibilité élevée, spécificité faible


  • Serge Cannasse
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

La démence de nombreux patients n’est pas diagnostiquée faute de dépistage adéquat. Le questionnaire AD-8 vise à répondre à cette carence. Destiné aux personnes connaissant bien le patient concerné (parent, aidant ou ami), désignées par le terme « informateurs », il comprend huit questions de type « oui/non » ayant pour but de déterminer si elles ont remarqué un changement dans la mémoire et la capacité de raisonnement du sujet investigué. Un point est attribué pour chaque réponse positive. À partir d’un score de deux points (seuil recommandé), une évaluation plus poussée est indiquée afin d’infirmer ou de confirmer le diagnostic de démence.

Une équipe canadienne a effectué une revue de littérature pour déterminer la fiabilité de ce test, en particulier en fonction de l’environnement médical : soins primaires en ambulatoire, milieu « communautaire » (maison de retraite médicalisée), hôpital. Jusqu’en juin 2018, ils ont identifié 36 études, mais n’en ont retenu que 9, portant au total sur 4.045 personnes, dont 1.107 (27%) avaient un diagnostic clinique de démence.

L’analyse combinée de 7 études a indiqué que la sensibilité de l’AD-8 s’établissait à 0,92 (IC 95% 0,86-0,96), sa spécificité à 0,64 (IC 95% 0,39-0,82), le rapport de vraisemblance positif à 2,53 (IC 95% 1,38-4,64) et le rapport de vraisemblance négatif à 0,12 (IC 95% 0,07-0,21). En milieu hospitalier, les faux positifs étaient plus nombreux qu’en milieu communautaire, mais les faux négatifs moins nombreux. Avec une seule étude disponible sur les soins ambulatoires, la comparaison avec ceux-ci était impossible.

Les auteurs concluent que l’AD-8 est vraisemblablement utile pour identifier les personnes susceptibles d’avoir une démence mais insuffisant pour poser un diagnostic : une investigation supplémentaire est nécessaire. En effet, si le risque de faux négatif est relativement faible, le risque de faux positif est élevé : la moitié des patients dont le score AD-8 est égal ou supérieur à 2 ne sont pas atteintes de démence. Ils suggèrent aussi que les résultats varient avec le contexte et qu’ils doivent être pris avec précaution, les études portant sur des populations hétérogènes et pour certaines comportant des biais significatifs (sélection des participants, conduite du test, procédures d’évaluation).