Tecentriq® et Keytruda® : restriction d'indication dans le carcinome urothélial


  • Fanny Le Brun
  • Actualités des médicaments
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Tecentriq® (atezolizumab) est un anticorps monoclonal humanisé anti-PD-L1 (Programmed Death-Ligand 1) indiqué dans le traitement de certains carcinomes urothéliaux et cancers bronchiques non à petites cellules (CBNPC).

Les données préliminaires d’une étude clinique en cours (IMvigor130) montrent une survie diminuée avec Tecentriq® en monothérapie comparé à une chimiothérapie à base de platine lorsque Tecentriq® est utilisé en traitement de première ligne chez des patients atteints d’un carcinome urothélial avec une faible expression de PD-L1.

Par conséquent, l’indication de Tecentriq® en première ligne d’un carcinome urothélial a été restreinte. Tecentriq® doit désormais être uniquement utilisé comme traitement de première ligne d’un carcinome urothélial si le patient présente une expression élevée de PD-L1. Le RCP a donc été modifié comme suit :

« Tecentriq® en monothérapie est indiqué dans le traitement des patients adultes atteints d'un carcinome urothélial localement avancé ou métastatique :

- après une chimiothérapie antérieure à base de platine, ou

- considérés inéligibles au cisplatine et dont les tumeurs présentent une expression de PD-L1 ≥ 5 % ».

L’utilisation de Tecentriq® après une chimiothérapie antérieure à base de platine demeure inchangée.

 

Keytruda® (pembrolizumab) est un anticorps monoclonal humanisé anti-PD-1 (programmed cell death-1) indiqué dans le traitement de certains mélanomes, cancers bronchiques non à petites cellules (CBNPC), lymphomes de Hodgkin classique (LHc) et carcinomes urothéliaux.

Comme pour Tecentriq®, les données préliminaires d’une étude clinique en cours (KEYNOTE-361) ont montré un taux de survie réduit avec Keytruda® en monothérapie comparé à une chimiothérapie standard lors de son utilisation en traitement de première ligne du carcinome urothélial localement avancé ou métastatique chez les patients dont la tumeur présente une faible expression de la protéine PD-L1.

Par conséquent, l’indication de Keytruda® dans le traitement des adultes atteints de carcinome urothélial localement avancé ou métastatique inéligibles à une chimiothérapie à base de cisplatine va être modifiée comme suit :

« Keytruda® est indiqué en monothérapie dans le traitement des patients adultes atteints d’un carcinome urothélial localement avancé ou métastatique inéligibles à une chimiothérapie à base de cisplatine et dont les tumeurs expriment PD-L1 avec un score positif combiné (CPS) ≥ 10 ».

L’indication de Keytruda® dans le traitement des adultes atteints d’un carcinome urothélial localement avancé ou métastatique ayant reçu une chimiothérapie antérieure à base de sels de platine reste inchangée.