TCT 2019—Le traitement d’entretien par l’ixazomib du myélome multiple améliore la SSP


  • Tara Haelle
  • Univadis
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • La SSP s’est améliorée de 39 % chez les patients atteints d’un myélome multiple (MM) prenant de l’ixazomib, par rapport au placebo, après une autogreffe de cellules souches (AGCS).

Pourquoi est-ce important ?

  • 29 % des patients arrêtent le lénalidomide, le seul traitement d’entretien approuvé du MM après l’AGCS, suite à des événements indésirables (EI) liés au traitement.

Protocole de l’étude

  • Essai de phase III TOURMALINE-MM3, contrôlé par placebo et mené en double aveugle auprès de 656 patients atteints d’un MM affectés de manière aléatoire pour recevoir par voie orale 3–4 mg d’ixazomib, un inhibiteur du protéasome (IP ; n = 395) ou un placebo (n = 261) après une AGCS, aux jours 1, 8 et 15 de cycles de 28 jours.
  • Traitement sur une durée de 2 ans ou jusqu’à la progression de la maladie/une toxicité intolérable.
  • Financement : Takeda.

Principaux résultats

  • À un suivi médian de 31 mois, la SSP médiane était significativement plus longue avec l’ixazomib qu’avec le placebo (26,5 contre 21,3 mois ; RR : 0,72 ; IC à 95 % : 0,58–0,89 ; P = 0,002).
    • 54 % des patients ont présenté une progression de la maladie.
    • La SSP s’est significativement améliorée de 39 % avec l’ixazomib.
    • Cette amélioration a été observée dans les sous-groupes de stade III, à haut risque cytogénétique, exposés à un IP et naïfs d’IP.
  • Les taux de réponse étaient plus marqués avec l’ixazomib qu’avec le placebo (risque relatif : 1,41 ; IC à 95 % : 1,10–1,80 ; P = 0,004).
  • 12 % des patients sous ixazomib, par rapport à 7 % des patients sous placebo, sont passés d’un statut positif de maladie résiduelle à un statut négatif.
  • 7 % des patients sous ixazomib, contre 5 % sous placebo, ont arrêté le traitement suite à des EI. 
    • 42 % des patients sous ixazomib ont présenté des EI de grades ≥ 3, contre 26 % des patients sous placebo. Il s’agissait principalement : d’infections, de troubles gastro-intestinaux, d’une neutropénie et d’une thrombocytopénie.
    • 27 % des patients sous ixazomib, contre 20 % des patients sous placebo, ont présenté des EI graves.
    • Une nouvelle tumeur primitive a été observée chez 3 % des patients dans les deux groupes.

TCT 2019 : les dernières actualités du congrès