TCT 2019—Le létermovir a prévenu presque toutes les infections par CMV dans le cadre des greffes de sang de cordon chez des patients adultes


  • Tara Haelle
  • Univadis
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Le létermovir réduit efficacement l’infection par le cytomégalovirus (CMV), les maladies et les traitements toxiques du CMV chez les patients adultes jusqu’à 100 jours après une greffe de sang ombilical.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les lymphocytes T naïfs du sang ombilical et le retard du développement immunitaire rendent les greffés séropositifs pour le CMV extrêmement vulnérables à l’infection par CMV.

Protocole de l’étude

  • Comparaison de 10 patients recevant 240 mg de létermovir 7 jours après la greffe (de décembre 2017 à juin 2018) avec 62 témoins historiques (de mars 2013 à décembre 2017) ayant reçu une prophylaxie au ganciclovir de 7 à 2 jours avant la greffe.
  • Les patients étaient atteints d’une leucémie (90 % des patients sous létermovir, 74 % des témoins), de maladies myélodysplasiques/myéloprolifératives (10 % et 11 % des patients) et d’un lymphome non hodgkinien/hodgkinien (0 % et 15 % des patients).
  • Tous les patients séropositifs pour le CMV ont reçu un traitement de conditionnement à base de cyclophosphamide/fludarabine/thiotépa/d’irradiation corporelle totale de 400 et une suppression immunitaire à base de cyclosporine-A/mycophénolate mofétil.
  • La PCR du CMV de référence a été effectuée 5 jours après la greffe, puis dans le cadre d’une surveillance deux fois par semaine après 14 à 60 jours, puis toutes les semaines 60 à 100 jours plus tard.

Principaux résultats

  • Aucun patient prenant du létermovir n’a développé d’infection par CMV 100 jours après la greffe, comparativement à 82 % (IC à 95 % : 70–90 %) des témoins historiques (P 
  • 3 patients prenant du létermovir ont présenté une « brève virémie à CMV de faible intensité qui s’est spontanément résorbée sans traitement ».
  • Parmi les témoins historiques nécessitant un traitement : 55 % ont reçu du foscarnet et 45 % du ganciclovir/valganciclovir.
  • Le délai médian jusqu’à l’apparition d’une virémie à CMV était de 34 jours chez les témoins.
  • 5 patients témoins ont développé une maladie à CMV. 
  • Aucune toxicité n’a été observée avec le létermovir.
  • TCT 2019 : les dernières actualités du congrès