TCT 2019—Le CMV résistant/réfractaire est placé au centre de l’attention avec Genovefa Papanicolaou, MD


  • Yael Waknine
  • Univadis
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Genovefa Papanicolaou, MD, spécialiste des maladies infectieuses au Memorial Sloan Kettering Cancer Center à New-York, NY, a été interrogée par Yael Waknine pour Univadis lors de la conférence TCT qui s’est tenue du 20 au 24 février 2019 à Houston, au Texas.

  • Le cytomégalovirus (CMV) résistant/réfractaire est un problème majeur pour lequel les options de traitement sont limitées chez les receveurs de greffe de cellules souches ; les traitements actuels sont toxiques et les perfusions souvent contraignantes.
  • Le maribavir, un antiviral oral sans effet myélosuppresseur ou myélotoxique, cible l’enveloppe et l’évacuation plutôt que la réplication de l’ADN viral.
  • Dans une étude de détermination de la dose de phase II, environ deux tiers des patients avaient éliminé la virémie à CMV à la semaine 6.
  • Le maribavir est actuellement étudié dans des essais de phase III portant sur le CMV résistant/réfractaire, et également comme traitement préventif de la virémie à CMV.
  • L’ajout de maribavir à l’arsenal thérapeutique dirigé contre le CMV, parallèlement aux lymphocytes T spécifiques du CMV, à la prophylaxie par létermovir et aux antiviraux actuellement disponibles, permettra de fournir un traitement individualisé résultant en une qualité de vie et des résultats optimaux pour les patients, a observé Dr Papanicolaou.
  • « En 2019, non seulement devons-nous chercher à garder le patient en vie, mais nous devons également rechercher des résultats centrés sur le patient », a insisté Dr Papanicolaou

TCT 2019 : les dernières actualités du congrès