Taux de 25-OH-D au premier trimestre de grossesse, risque de prématurité et petit poids de naissance

  • Monier I & al.
  • Nutrients
  • 13 déc. 2019

  • Par Nathalie Barrès
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir 

Les résultats d’une étude franco-belge de grande envergure ne permettent pas supporter l’hypothèse d’une association entre un déficit en 25-hydroxyvitamine D (25-OH-D) durant le premier trimestre de grossesse et le risque de prématurité ou de petit poids de naissance par rapport à l’âge gestationnel. 

Une nuance cependant, les femmes ayant la peau foncée et de faible taux de 25-OHD avaient un risque d’accouchement avant terme significativement augmenté. Mais en dehors de ces femmes, ni la cohorte globale, ni les femmes de peau claire considérées isolément n’ont montré de modification significative du risque d’accouchement prématuré. Aucune association n’a pu être mise en évidence non plus entre le taux de 25-OH-D et le petit poids à la naissance, après stratification ou non sur la couleur de peau de la mère. Selon les auteurs, les résultats mis en évidence chez les femmes de peau foncée, nécessitent d’être confirmées par d’autres études.

Pourquoi cette étude est intéressante ?

Certaines hypothèses suggèrent que la vitamine D réduirait le risque de naissance avant terme en agissant sur l’inflammation placentaire et le développement de bactéries vaginales. Le statut en vitamine D durant le premier trimestre de grossesse est particulièrement intéressant en termes de prévention. Pourtant, ce statut vitaminique est souvent mesuré plus tardivement au cours de la grossesse. Cette étude présente l’intérêt d’avoir été menée au sein de plusieurs maternités et auprès d’une large cohorte de 2.813 femmes enceintes. 

Méthodologie

L’étude FEPED est une étude observationnelle prospective menée entre avril 2012 et juillet 2014 dans des maternités en France et en Belgique. Les analyses de 25-OH-D ont été réalisées entre la 10eet la 14esemaine de grossesse.  

Principaux résultats

À l’inclusion, la concentration en 25-OH-D des femmes enceintes incluses était de 22,2 ng/mL en moyenne. Les femmes qui avaient une couleur de peau claire présentaient une concentration en 25-OH-D supérieure aux autres femmes (23,1 vs 18,9 ng/mL). Près de la moitié des femmes (45%) avaient un taux de 25-OH-D odds ratio2,89 [1,02-8,18]. En revanche, chez les femmes qui avaient une peau claire, l’augmentation du risque n’était pas significative entre celles qui avaient le taux de 25-OH-D le plus faible et le plus élevé. Bien que 11,9% des enfants soient nés avec un poids de naissance inférieur à leur âge gestationnel, aucune association significative n’a pu être mise en évidence entre la concentration en 25-OH-D et ce risque de petit poids, ni sur l’ensemble de la cohorte, ni après stratification sur la couleur de la peau.