Taux d’incidence, extension du couvre-feu, appli : le point sur l’épidémie au 23 octobre

  • Stéphanie Lavaud

  • Actualités Médicales par Medscape
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

France – Si le ton de l’allocution du Premier ministre jeudi soir n’était pas alarmiste, il était grave. La nouvelle vague est bien présente. Les chiffres de contamination, mais aussi et surtout ceux des admissions dans les services de réanimation, ne cessent de grimper, faisant craindre une saturation prochaine. Toutes les tranches d’âges et la quasi-totalité du territoire français sont concernées, d’où la décision de porter le nombre de départements où s’applique le couvre-feu à 54 plus la Polynésie. Mais le Premier ministre a prévenu : le mois de novembre s’annonce difficile, des décès auront lieu inexorablement et nous devons tous nous attendre à l’annonce de mesures plus restrictives encore dans les prochains jours, dans un contexte où certains pays européens ont décidé de se reconfiner (Irlande du Nord, Pays de Galles). Lors de cette présentation, Jean Castex et Olivier Véran ont fait savoir que tous les outils à disposition pour lutter contre l’épidémie devaient être mis à profit, y compris les outils numériques avec la nouvelle appli TousAntiCovid (voir encadré) [1] .

Nul n’est épargné

« La nouvelle vague est là », a affirmé hier soir le Premier ministre Jean Castex, non seulement en France mais dans toute l’Europe, avec les pays limitrophes comme la Belgique, l’Allemagne, l’Italie, l’Espagne mais aussi la République Tchèque qui avait jusque-là relativement été épargnée par le virus. L’Europe est à nouveau le continent le plus touché par la pandémie, a précisé, de son côté, Olivier Véran.

Les chiffres sont là pour l’attester avec un taux d’incidence de 251 personnes infectées pour 100 000, soit + 40% en une semaine, « la situation est grave » a indiqué le Premier ministre.

Désormais le nombre de cas double en l’espace de 15 jours, et de 10 infections avérées pour 100 000 en août, les chiffres sont désormais passés à 150 pour 100 000.

« Nul n’est épargné », la preuve en est que « toutes les tranches d’âges sont touchées y compris les plus de 65 ans ». Et il en est de même sur la quasi-totalité du territoire.

Les derniers chiffres

Selon les dernières données de Santé Publique France, les taux d’incidence les plus élevés sont dans le département de la Loire (673/100 000 habitants), du Rhône (569), du Nord (511), de l’Isère (432) et à Paris (416), tous sont en augmentation par rapport à la semaine précédente [2].

Les personnes les plus gravement touchées par cette épidémie sont les personnes âgées de 65 ans et plus, ainsi que celles présentant des comorbidités. Les personnes âgées de 65 ans et plus représentent 65% des personnes admises en réanimation et 92% des personnes décédées de Covid-19. De plus, 90% des personnes admises en réanimation présentent des comorbidités.

54 départements et la Polynésie sous couvre-feu

Cette nouvelle donne justifie donc la principale annonce de l’allocution d’hier soir, l’extension du couvre-feu (21h-6h) à 38 départements supplémentaires et une collectivité d’outre-mer, la Polynésie, à partir de ce vendredi minuit, et l’élargissement de cette mesure à l’ensemble des 8 départements où une ville était déjà sous couvre-feu depuis une semaine. En clair, 54 départements et 1 territoire d’outre-mer passent sous couvre-feu, 46 millions de Français sont désormais concernés (voir carte ci-dessous). Il durera 4 semaines, mais pourra éventuellement être prolongé à 6 semaines en fonction de l’évolution de la situation sanitaire. Des dérogations au couvre-feu et à l’obligation d’attestation ont été prévues notamment pour raisons professionnelles.

Lire la suite de l'article sur le site Medscape.