TAR et risque de fracture : aucun lien avec l’exposition au TDF ou aux IP

  • Costagliola D & al.
  • J Acquir Immune Defic Syndr
  • 29 oct. 2018

  • de Emily Willingham, PhD
  • Actualités médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les patients infectés par le VIH qui prennent du fumarate de ténofovir disoproxil (TDF) ou des inhibiteurs de la protéase (IP) ne présentent pas de risque accru de fracture.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les patients infectés par le VIH ont une densité minérale osseuse réduite et un risque accru de fracture, mais l’effet du traitement antirétroviral (TAR) sur le risque de fracture reste controversé.
  • Selon ces auteurs, ces constatations ont des « implications importantes dans le débat sur le ténofovir alafénamide par rapport au TDF générique. »

Principaux résultats

  • Avec des ajustements pour l’âge, l’indice de masse corporelle, etc., le TDF ne présentait aucun lien avec le risque de fracture : RC pour l’exposition cumulative : 1,04 (IC à 95 % : 0,86-1,27).
  • Aucun lien n’était observé avec les IP : RC : 1,02 (0,92-1,12).
  • Les inhibiteurs nucléosidiques de la transcriptase inverse n’étaient pas non plus liés à un risque.
  • Les résultats ne changent pas, indépendamment du modèle d’exposition et de l’inclusion de l’insuffisance rénale chronique.
  • L’hypothèse de l’association entre l’éfavirenz ou l’atazanavir et un risque accru ou réduit, respectivement, dans certains modèles ne résistait pas aux analyses de sensibilité.

Protocole de l’étude

  • 254 cas de fractures ostéoporotiques appariées à 376 témoins.
  • 49 % avaient été exposés au TDF ; 82 % avaient reçu des IP.
  • Tous les patients avaient été recrutés dans l’étude sans jamais avoir reçu de TAR.
  • Financement : France Recherche Nord & Sud Sida-hiv Hépatites (ANRS) ; Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM).

Limites

  • Certains cas avaient un indice de masse corporelle inférieur, une plus grande consommation d’alcool.
  • Plus du tiers n’avaient pas d’informations sur leurs antécédents familiaux de fracture de la hanche.