Tabagisme et cancer du poumon: le mécanisme décrypté


  • PR Editions Revue de presse
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Fumer modifie profondément les cellules pulmonaires en les rendant plus faibles et vulnérables au développement d'un cancer, selon une étude américaine publiée dans la revue Cancer Cell le 11 septembre. Les chercheurs ont exposé quotidiennement pendant quinze mois des cellules de poumon humain à une forme liquide de cigarette, équivalant à une consommation d'un à deux paquets de cigarettes par jour pendant vingt à trente ans. Au bout de dix jours seulement, le génome des cellules avait changé, et quinze mois plus tard, elles étaient davantage prédisposées à un cancer, indique L'Express. Cependant, il n'y a pas de mutations de l'ADN, ce qui suggère que les personnes arrêtant de fumer assez tôt augmentent leurs chances de ne pas avoir de cancer. L'étude a ses limites: l'expérience en laboratoire pourrait ne pas reproduire exactement le comportement des personnes fumant pendant de nombreuses années, ni s'appliquer aux autres formes de tabac ou aux cigarettes électroniques.