T-DM1 adjuvant : pourrait-il s’agir d’un nouveau traitement de référence dans le cadre du cancer du sein HER2+ à haut risque ?

  • von Minckwitz G & al.
  • N Engl J Med
  • 5 déc. 2018

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Le trastuzumab, un conjugué anticorps-médicament, associé à l’agent cytotoxique emtansine (T-DM1) prolonge la SSM invasive de 50 %, comparativement au trastuzumab seul, chez les patientes atteintes d’un cancer du sein précoce HER2+ avec maladie résiduelle invasive après administration d’une chimiothérapie néoadjuvante (CTNA) à base d’un taxane (avec ou sans anthracycline) et de trastuzumab avant l’intervention chirurgicale.

Pourquoi est-ce important ?

  • Le pronostic des patientes présentant un cancer du sein résiduel est moins favorable que celui des patientes sans maladie résiduelle.

Protocole de l’étude

  • L’essai contrôlé randomisé de phase III KATHERINE (n = 1 486) a comparé le traitement T-DM1 (3,6 mg/kg) et le trastuzumab (6 mg/kg) pendant 14 cycles, chez des patientes présentant une maladie résiduelle invasive au niveau du sein ou de l’aisselle au moment de la chirurgie, après l’administration d’une CTNA et de trastuzumab.
  • Critère d’évaluation principal : SSM invasive (absence de récidive ou de décès toutes causes confondues).
  • Financement : F. Hoffmann-La Roche/Genentech.

Principaux résultats

  • Lors de l’analyse intermédiaire (après environ 67 % des événements de maladie invasive), le traitement T-DM1 était associé à un taux plus faible de maladie invasive ou de décès que le trastuzumab (12,2 % contre 22,2 %).
  • La SSM invasive était 50 % plus longue avec le traitement par T-DM1 (RR : 0,50 ; P 
  • Le traitement par T-DM1 a permis d’obtenir un taux plus faible de récidive à distance en tant que premier événement de maladie invasive (10,5 % contre 15,9 %).
  • Aucun nouvel avertissement de sécurité d’emploi n’a été observé ; le traitement par T-DM1 a entraîné un taux plus élevé d’événements indésirables (98,8 % contre 93,3 %).

Limites

  • Étude en ouvert.
  • Une perte du statut HER2+ pourrait être survenue, mais cela n’a pas été évalué.