Syrie : l’OMS estime à 500 le nombre de blessés au cours de la récente attaque chimique


  • Mary Corcoran
  • Univadis Actualités médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), ce sont 500 personnes qui auraient été touchées par les attaques chimiques présumées dans la ville syrienne de Douma le week-end dernier.

Dans un communiqué, l’organisation a indiqué que des rapports font état d’environ 500 personnes qui se seraient rendues samedi dernier dans des établissements de santé en présentant des signes et des symptômes correspondant à une exposition à des produits chimiques toxiques, notamment une irritation sévère des muqueuses, une insuffisance respiratoire et une perturbation des systèmes nerveux centraux. Plus de 70 personnes s’étant mises à l’abri dans des sous-sols auraient péri, dont 43 décès liés à des symptômes correspondant à une exposition à des produits chimiques hautement toxiques, a-t-il été précisé.

Le Dr Peter Salama, directeur général adjoint de l’OMS chargé de la préparation aux situations de crise et interventions, a déclaré que « nous devrions être indignés » par les rapports et les images qui nous viennent de Douma, précisant que l’OMS souhaite « avoir un accès immédiat et sans restriction à la zone en question pour apporter des soins aux personnes affectées, pour évaluer les répercussions sur la santé et pour apporter une réponse globale de santé publique ».

Même si l’OMS ne joue aucun rôle officiel dans les enquêtes médico-légales sur l’utilisation d’armes chimiques, l’organisation s’est engagée dans la préparation de la santé publique à leur utilisation en Syrie depuis 2012. En juin dernier, l’OMS a commencé à expédier des kits médicaux en Syrie du Nord pour le traitement des expositions chimiques.