Syrie : des attaques ont provoqué l’assassinat de trois agents de santé


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a vivement condamné les attaques ayant ciblé des établissements de santé dans la partie nord-ouest de la Syrie au cours des 2 dernières semaines, qui ont fait 3 morts parmi des agents de santé et qui ont affecté plus de 300 000 personnes. 

Depuis le 28 avril, 12 structures de santé ont été touchées, 3 établissements ayant été frappés lors d’une même journée, dont 2 grands hôpitaux. Les établissements de santé qui ont été touchés dans le nord de Hama et le sud d’Idleb assuraient en tout 30 000 consultations, 860 admissions en hospitalisation et 700 chirurgies par mois auprès d’une population très vulnérable. 

« Ces attaques contre des établissements de santé et d’autres infrastructures civiles constituent une évolution dangereuse et complètement inacceptable de la situation », a déclaré le Dr Ahmed Al-Mandhari, directeur régional de l’OMS pour la Région de la Méditerranée orientale. « Le droit humanitaire international protège les civils, même lors des conflits les plus violents. Et conformément à la Convention de Genève, les établissements de santé et les civils, en particulier les plus vulnérables, doivent être protégés. »

« Les établissements de santé ne sauraient en aucun cas être attaqués ou endommagés, et les agents de santé doivent être autorisés à dispenser des traitements et des services médicaux à tous ceux qui sont dans le besoin, où qu’ils se trouvent », a précisé l’OMS dans un communiqué.