Syndrome myélodysplasique : un traitement d’association par voie orale pourrait remplacer la décitabine par voie IV

  • Savona MR & al.
  • Lancet Haematol
  • 1 avr. 2019

  • Par David Reilly
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Lorsqu’elle était associée à de la cédazuridine par voie orale, une formulation orale de décitabine a permis d’obtenir des caractéristiques pharmacocinétiques et pharmacodynamiques comparables à celles de la décitabine par voie intraveineuse (IV), chez les patients atteints de syndromes myélodysplasiques (SMD).

Pourquoi est-ce important ?

  • La décitabine et l’azacitidine nécessitent actuellement d’être administrées par voie parentérale en raison de leur faible biodisponibilité orale.

Protocole de l’étude

  • Une étude de phase I a été menée afin de déterminer si l’ajout de cédazuridine par voie orale à une formulation orale de décitabine peut permettre d’obtenir des caractéristiques pharmacocinétiques similaires à une perfusion intraveineuse (IV) d’1 heure de décitabine 20 mg/m2.
  • L’aire sous la courbe (ASC) a été évaluée après cinq jours d’administration afin de détecter une accumulation de médicament.
  • Financement : Astex Pharmaceuticals, Inc.  

Principaux résultats

  • Comparativement à la décitabine 20 mg/m2 par voie IV :
    • la décitabine orale seule était associée à une ASC de 9–19 % pour l’exposition ;
    • 100 mg de cédazuridine et 40 mg de décitabine par voie orale étaient associés à une ASC de 128 % pour l’exposition ;
    • 100 mg de cédazuridine et 30 mg de décitabine par voie orale étaient associés à une ASC de 81 % pour l’exposition.
  • L’élimination de la décitabine était similaire à celle observée avec la décitabine par voie IV, malgré l’administration concomitante de cédazuridine.
  • Lors de l’analyse de l’efficacité :
    • 30 % des patients ont obtenu une réponse clinique, 11 % ont obtenu une réponse complète (RC) ; la durée médiane de la RC était de 470 jours (intervalle interquartile : 56–546).
  • Les événements indésirables étaient cohérents avec les événements observés dans le cas d’une administration par voie IV.

Limites

  • Données de sécurité d’emploi limitées pour les formulations orales des deux médicaments.