Syndrome de l’intestin irritable : plus d’informations sur le profil de tolérance de l’éluxadoline

L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. Inscrivez-vous gratuitement

L’éluxadoline, un agoniste des récepteurs opioïdes µ et ϰ et antagoniste des récepteurs opioïdes δ, a récemment été approuvé par la FDA pour le traitement du syndrome de l’intestin irritable de l’adulte avec diarrhée prédominante (SII-D). L’éluxadoline a démontré son efficacité sur les douleurs abdominales et la consistance des selles à travers des études de phase III. La classe pharmacologique de ce traitement exposant théoriquement à la survenue de spasmes du sphincter d’Oddi susceptibles de provoquer une pancréatite aiguë, il était important de bénéficier d’une étude compilant les données de sécurité et de tolérance de ce nouveau médicament.

Méthodologie

  • Étude rassemblant les données poolées de sécurité et de tolérance issues des phases II (IBS-2001) et III (IBS-3001 et IBS-3002) ayant permis évaluer l’éluxadoline aux doses approuvées de 75 et 100 mg.
  • Les patients inclus souffraient de SII-D (critères de Rome III) et étaient randomisés pour recevoir de l’éluxadoline (75 ou 100 mg, deux fois par jour) durant 12 semaines (IBS-2001), 26 semaines (IBS-3002) ou 52 semaines (IBS-3001).
  • Les données de sécurité d’utilisation et de tolérance ont été poolées, les effets indésirables liés aux opioïdes, notamment les spasmes du sphincter d’Oddi (SSO) ont été tout particulièrement étudiés.

Résultats

  • Les données de sécurité relatives à 2.814 patients ont été évaluées.
  • L’âge moyen des participants était similaire entre les différents groupes évalués. Environ deux-tiers des patients de chaque groupe étaient des femmes et la plupart étaient d’origine caucasienne.
  • La durée moyenne du traitement a été plus longue d’environ 26 jours dans le groupe éluxadoline 75 mg par rapport au groupe éluxadoline 100 mg (219,7 jours vs 192,4 jours chez les hommes et 207,9 jours vs 182,9 jours chez les femmes).
  • Le pourcentage de patients ayant arrêté le traitement pour cause d’évènements indésirables était plus élevé dans les groupes traités par éluxadoline vs placebo, mais ils étaient similaires quelle que soit la posologie (8,3 et 7,8% respectivement pour 75 mg et 100 mg vs 4,3% pour le placebo).
  • Les évènements indésirables les plus fréquents dans les groupes placebo (n=981), éluxadoline 75 mg (n=810) et éluxadoline 100 mg (n=985) étaient la constipation (respectivement 2,5, 7,4 et 8,1%), les nausées (5,0, 8,1 et 7,1%), les infections du tractus respiratoire haut (3,9, 3,3 et 5,1%) et les douleurs abdominales (2,6, 4,1 et 4,6%). L’arrêt du traitement pour cause de constipation était très peu fréquent (respectivement 0,3, 1,1 et 1,5%).
  • La fréquence des évènements indésirables graves était supérieure dans les groupes traités par éluxadoline (75 mg : 4,2%, 100 mg : 4,0%) que dans le groupe placebo (2,6%).
  • Dix évènements à type de SSO ont été rapportés (n=10/1.839, 0,5%) chez les sujets traités par l’éluxadoline. Tous étaient survenus chez des patients sans vésicule biliaire. Huit de ces évènements étaient survenus aux doses les plus élevées d’éluxadoline et durant la première semaine de traitement. Ils  ont été résolus avec l’arrêt du traitement.
  • L’incidence de la pancréatite a été faible (75 mg : 0,4% (3/807) et 100 mg : 0,4% (4/1/032) ; total 0,4% (7/1.839). Cinq de ces évènements n’ont pas été associés aux SSO.

Financement

Étude financée par Furiex Pharmaceuticals, Inc (sous-division d’Allergan).

À retenir

Ces résultats montrent que l’éluxadoline était bien tolérée durant les phase II et III d’évaluation du traitement. Les effets indésirables les plus fréquents étaient les constipations, les nausées et les infections de l’appareil respiratoire haut. Des spasmes du sphincter d’Oddi, évènements indésirables associés à cette classe de traitement, ont été rapportés sous éluxadoline. Cependant, tous sont survenus chez des patients sans vésicule biliaire et la majorité d’entre eux aux plus fortes doses de traitement, laissant suggérer un potentiel effet-dose.