Survivants d’un lymphome : l’étude souligne l’importance du suivi pour les événements indésirables tardifs

  • Simensen VC & al.
  • Acta Oncol
  • 9 juil. 2019

  • Par David Reilly
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Parmi les survivants adultes d’un lymphome ayant reçu un traitement à haute dose avec autogreffe de cellules souches (THD-AGCS), les personnes plus âgées et dont la qualité de vie (QdV) liée à la santé mentale est plus faible pourraient retirer un bénéfice d’une formation de suivi sur les effets indésirables (EI) tardifs liés au traitement, en particulier.

Pourquoi est-ce important ?

  • La connaissance du traitement et des risques associés peut aider les patients à gérer leur détresse intellectuelle.

Protocole de l’étude

  • Une étude a été menée afin d’évaluer les connaissances des survivants concernant leur diagnostic, leur traitement et les potentiels EI tardifs suite à un THD-AGCS, à une durée médiane de 12 ans après le diagnostic primaire.
  • 269 survivants ont été identifiés à partir d’une étude nationale norvégienne.
  • L’âge médian était de 56 ans (intervalle : 24–77 ans) au moment de l’enquête.
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Principaux résultats

  • 90 % étaient conscients des effets tardifs : 62 % ont été sensibilisés avant le THD-AGCS, et 79 % après.
  • 35 % des survivants ont signalé avoir bénéficié d’un suivi pour les EI tardifs.
  • À l’analyse multivariée, les facteurs associés à une connaissance plus approfondie des EI tardifs comprenaient :
    • un âge plus jeune au moment du diagnostic : coefficient B de -0,02 (IC à 95 % : -0,04 à -0,01 ; P = 0,002) ;
    • une QdV liée à la santé mentale plus élevée : coefficient B de 0,03 (IC à 95 % : 0,01–0,05 ; P = 0,002) ;
    • le fait de bénéficier d’un suivi pour les EI tardifs : coefficient B de 0,85 (IC à 95 % : 0,49–1,22 ; P 
    • le fait d’avoir présenté des EI tardifs : coefficient B de 0,31 (IC à 95 % : 0,16–0,46 ; P 

Limites

  • Données rapportées par les patients.