Surveillance par imagerie des GIST : un protocole simplifié et pratique

  • Alessandrino F & al.
  • Clin Radiol
  • 22 juil. 2019

  • Oncology guidelines update
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Un protocole simplifié a été proposé pour le suivi par imagerie des patients atteints de tumeurs stromales gastro-intestinales (Gastrointestinal Stromal Tumor, GIST) réséquées.

Pourquoi est-ce important ?

  • Aucun consensus n’existe concernant l’approche de surveillance optimale.
  • Les auteurs se sont concentrés sur les recommandations du Réseau national américain de lutte contre le cancer (National Comprehensive Cancer Network, NCCN) et de la Société européenne d’oncologie médicale/du Réseau européen de référence sur les cancers solides rares de l’adulte (European Society of Medical Oncology-European Network for Rare Adult Solid Cancers, ESMO-EURACAN).

Points clés

  • À l’exception des tumeurs présentant une numération mitotique élevée, les auteurs ne recommandent pas l’administration d’un traitement adjuvant par imatinib aux patients présentant des GIST à risque très faible ou faible.
  • En ce qui concerne les tumeurs à très faible risque et les tumeurs réséquées de taille inférieure ou égale à 2 cm, un suivi à des intervalles de 12 mois est suffisant.
  • Pour les tumeurs à faible risque de taille supérieure à 2 cm et inférieure ou égale à 5 cm, les auteurs recommandent des examens d’imagerie par tomodensitométrie (TDM) tous les cinq mois pendant cinq ans.
  • Pour les tumeurs de plus de 5 cm et les tumeurs à risque intermédiaire ou élevé, les auteurs suggèrent l’administration d’un traitement adjuvant par imatinib pendant au moins trois ans. Les patients à risque intermédiaire et élevé doivent faire l’objet d’un suivi par imagerie tous les trois mois pendant la première année, puis tous les six mois pendant les deux années suivantes.
  • Après le traitement adjuvant par imatinib, les patients à risque intermédiaire doivent être examinés 1 fois par an pendant 10 ans, et les patients à risque élevé tous les 6 mois pendant 10 ans.
  • Les GIST indolentes, telles que celles qui présentent un déficit en succinate déshydrogénase ou qui sont associées à des syndromes, nécessitent un suivi par imagerie plus long, mais moins fréquent (annuel).