Surpoids et obésité infantile : l’Angleterre a testé un programme d’intervention qui s’appuie sur les familles

L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. Inscrivez-vous gratuitement

Le surpoids et l’obésité infantiles sont des problèmes majeurs de santé publique en Angleterre, où un tiers des enfants entre 10 et 11 ans sont en surpoids ou obèses. Les résultats d’une étude pilote avait montré que des interventions combinées menées auprès de la famille et portant sur l’alimentation, les comportements de vie, l’activité physique, pouvaient être bénéfiques pour réduire le surpoids et l’obésité des plus jeunes. Forts de ce constat, des chercheurs ont élaboré un essai clinique randomisé pour mieux apprécier l’efficacité et le coût de ce programme intitulé « Families for Health ».

Méthodologie

  • Étude clinique multicentrique, randomisée, en simple aveugle (investigateurs) assortie d’une évaluation économique.
  • Les chercheurs ont assigné durant 10 semaines, des familles ayant des enfants âgés entre 6 et 11 ans en surpoids ou obèse (IMC ≥ 91e ou ≥ 98e percentile) à un programme « Families for Health » ou aux soins habituels, qui consistaient en un programme de soutien familial à l’activité physique et à une alimentation saine.
  • Le programme « Families for Health » est un programme qui met plus l’accent sur les compétences parentales, les compétences relationnelles et le développement émotionnel et social que d’autres interventions. Ce programme comprenait notamment des sessions en groupe de 2,5 heures chaque semaine, les enfants et les parents de 8-12 familles assistaient à des groupes parallèles. Un pré-pilote mené sur 27 enfants avait montré une réduction moyenne de l’IMC (z-scores) soutenue de -0,21 [IC95% : -0,42 à 0,03], p=0,027 à 9 mois et de -0,23 [IC95% : -0,42 à 0,03], p=0,027 à 2 ans.
  • Les familles ont été recrutées à partir de trois services d’assurance maladie dans l’ouest de l’Angleterre entre 2012 et 2014.
  • Critères principaux d’évaluation : variation à 12 mois du score z ainsi que le coût par QALY gagné (quality-adjusted life-year), qui détermine la valeur économique d’une intervention sur la qualité de vie.
  • Le z score exprime l’écart d’une valeur par rapport à la moyenne, en déviation standard. Il est notamment utilisé ici pour les variations d’IMC et de tour de taille.
  • Critères secondaires d’évaluation : variations de la pratique d’une activité physique, de la consommation en fruits et légumes, de la qualité de vie, de l’IMC, du bien-être parental, des habitudes alimentaires et des activités familiales, des relations parents-enfants et des actions liées à la parentalité.

Résultats

  • 115 familles (128 enfants) ont été randomisés, 56 familles dans le groupe « Families for Health » et 59 dans le groupe soins habituels.
  • Les résultats n’ont pas montré de différence significative entre les IMC (score z) à 12 mois des enfants ayant suivi le programme « Families for Health » et de ceux ayant suivi le programme de soins usuels (différence moyenne : 0,114 [IC95% : -0,001 à +0,229], p=0,053.
  • Parmi les critères secondaires d’évaluation, le tour de taille (score z) des enfants ayant suivi le programme de soins habituels était significativement inférieur à celui des enfants ayant participé au programme « Families for Health » (différence en score z : 0,15 [0,00-0,29], p=0,045).
  • Enfin, l’évaluation économique a montré que le coût moyen du nouveau programme était presque le double du programme habituel (1.170 € vs 643 €, p< 0,001).

Limitations

Le recrutement des familles a nécessité beaucoup plus de temps que prévu, et le choix d’un recrutement par les services d’assurance maladie peut avoir induit des biais dans le sens où le programme habituel peut avoir été très différents d’un sujet à un autre.

Financements                       

Étude financée par le National Institute for Health Research et le Health Technology Assessment.

À retenir

Le programme « Families for Health » n’est ni efficace ni intéressant financièrement pour les enfants en surpoids ou obèses entre 6 et 11 ans. Ainsi, les chercheurs ont conclu qu’ils n’étaient pas favorables à sa mise en œuvre locale ou nationale.