Succès des thérapies cognitives et comportementales digitales pour améliorer l’insomnie chez la femme enceinte

  • Felder JN & al.
  • JAMA Psychiatry
  • 22 janv. 2020

  • Par Agnès Lara
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • La thérapie cognitive et comportementale pour l’insomnie (TCCi) délivrée par voie digitale à des femmes enceintes améliore de façon significative la sévérité des symptômes d’insomnie par rapport aux soins standards, avec un effet de taille important.
  • Davantage de femmes ont pu obtenir une rémission de leur insomnie dans le groupe TCCi vs le groupe contrôle et les symptômes d’anxiété et de dépression ont aussi été largement améliorés.
  • Ces résultats doivent être temporisés par leur caractère subjectif puisqu’ils ont été obtenus par autoquestionnaire, l’absence de comparateur actif (digital) et le haut niveau d’éducation de la population étudiée.

 

L’insomnie concerne une femme sur 7 durant la grossesse. Et les études montrent que les femmes qui éprouvent ces difficultés de sommeil durant la grossesse sont davantage exposées à un risque de symptômes anxio-dépressif en post-partum. Pour autant, il existe peu de données concernant les interventions susceptibles d’améliorer l’insomnie durant la grossesse. En population générale, les TTCi sont recommandées en première intention et elles ont aussi apporté la preuve de leur efficacité en présentiel chez les femmes enceintes. Mais le manque de cliniciens formés à ces techniques incite à s’orienter vers les techniques digitales. Cette étude menée par le département de Psychiatrie de l’Université de Californie à San Francisco a donc testé l’efficacité d’une thérapie cognitive et comportementale pour l’insomnie délivrée à distance par voie digitale.

Évaluer l’efficacité d’une TTCi administrée par voie digitale

À partir d’un auto-questionnaire d’éligibilité rempli en ligne, cet essai contrôlé randomisé a enrôlé 208 femmes enceintes qui souffraient d’insomnie sévère depuis au moins 1 mois et dont les symptômes avaient débuté durant la grossesse. Elles ont été randomisées pour recevoir soit une TTCi (n=105), soit un traitement standard pour l’insomnie. La TTCi consistait en 6 séances hebdomadaires d’environ 20 minutes délivrées à distance par un thérapeute, via une interface digitale (Internet ou application). L’amélioration des symptômes selon l’index de sévérité de l’insomnie (ISI) était ensuite évaluée à 10 semaines et 18 semaines après la randomisation à partir d’un questionnaire également rempli en ligne.

La TTCi améliore nettement la sévérité des symptômes

À l’inclusion, les participantes étaient en moyenne enceintes de 17,6 semaines (maximum 28 semaines) et âgées de 33,6 ans. Elles étaient majoritairement d’origine caucasienne (66%), vivaient en couple (94%) et avaient un niveau d’éducation universitaire (86%). Plus des deux tiers d’entre elles (65%) ont été jusqu’au bout des 6 séances de TTCi. 

Les femmes du groupe TTCi ont vu la sévérité de leurs symptômes d’insomnie s’améliorer davantage que celles qui avaient reçu des soins standards (critère principal). La différence d’interaction groupe x temps (c’est-à-dire la différence d’effet avec le temps entre les deux groupes) était de -0,36 [-0,48 à -0,23], p