Stratégie Shock and kill : l’intérêt de la voie FOXO1


  • Caroline Guignot
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Messages principaux

  • L’inhibition de FOXO1, un facteur de transcription ubiquitaire, permet de réactiver les lymphocytes T CD4+ et le provirus VIH-1 intégré au génome cellulaire sous forme latente. Elle offrirait ainsi une approche intéressante pour éliminer les réservoirs viraux du VIH.

 

Les stratégies Shock and Kill constituent l’un des principaux axes dans la recherche thérapeutique contre le VIH : ces approches novatrices visent à éliminer les réservoirs viraux qui sont constitués dès la primo-infection et qui permettent au VIH de persister à l’état latent dans un faible nombre de cellules immunitaires pour se réactiver dès lors que le traitement antirétroviral est suspendu ou mal observé.

Une équipe de l’Inserm basée à l’Institut Cochin (Inserm UMR U1016) a récemment publié une synthèse concernant ses travaux relatifs à FOXO1 ( Forkhead Box Other-1 ), un acteur clé de l’interaction entre lymphocytes T CD4+ (LT CD4+) et le VIH-1. Les données fondamentales montrent que FOXO1, qui est un facteur de transcription ubiquitaire impliqué notamment dans le cycle et la survie cellulaire, joue un rôle important sur l’état de quiescence des LT CD4+. En effet, en bloquant FOXO1 par un inhibiteur expérimental spécifique (AS1842856), les chercheurs ont pu activer la prolifération des LT CD4+, l’activité transcriptionnelle globale, ainsi qu’un certain nombre d’autres évènements moléculaires signant la sortie des cellules de l’état de quiescence (passage de la phase G0 à G1 du cycle cellulaire), sans pour autant activer la prolifération cellulaire. Parallèlement, l’inhibition de FOXO1 favorise également la réactivation du provirus VIH-1 intégré dans le génome sous forme latente selon les analyses menées sur deux modèles de LT humains et chez un modèle de singe infecté par le SIV (cohorte SIVART ANRS).

L’inhibition de cette voie, offre donc une perspective intéressante pour rendre effective l’approche Shock and Kill, pour l’heure non opérationnelle.