STEMI : hospitalisation en USI ou pas ?

  • Valley TS & al.
  • BMJ
  • 4 juin 2019

  • Par Nathalie Barrès
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Une étude publiée dans le BMJ suggère que globalement l’admission directe en unité de soins intensifs (USI) de patients souffrant d’infarctus du myocarde avec surélévation du segment ST (STEMI) améliorerait l’espérance de vie à 30 jours de 6 points de pourcentage. Cependant, certains patients qui mériteraient d'être orientés vers ces établissements, ne le sont pas pour diverses raisons (éloignement, sujets de plus de 85 ans, sans atteinte organique,...). Il conviendrait de mener des études spécifiquement chez ces individus afin d'évaluer s’il existe ou non un bénéfice à modifier les pratiques d’orientation de ces patients vers les USI.

Pourquoi cette étude est intéressante ?

Les récentes recommandations européennes préconisent l’admission de tous les patients STEMI en USI, alors qu’une réactualisation récente des recommandations américaines n’évoque pas spécifiquement ce point. Autant dire que ce manque de clarté est perceptible en pratique. L’admission dans ces unités de soins intensifs coûterait 2,5 fois plus qu’une admission en dehors de ces unités. D’où l’intérêt d’évaluer le bénéfice de l’orientation des patients vers ces structures.

Méthodologie

Étude rétrospective de cohorte menée auprès de 1.727 hôpitaux de soins d’urgence aux États-Unis ayant évalué l’impact sur la mortalité à 30 jours d’une admission en USI ou hors USI de patients STEMI de 65 ans et plus.

Principaux résultats

Au total, les analyses ont porté sur 109.375 patients. Parmi eux, 75.227 (68,8%) ont été admis en USI.

  • 25% des hôpitaux inclus dans l’étude avaient une unité de soins intensifs. Ils recevaient jusqu’à 85% des patients STEMI admis en structure hospitalière.
  • Les patients STEMI admis en USI avaient un taux de mortalité à 30 jours supérieur à ceux qui n’étaient pas admis dans ces unités : 18,2% vs 13,8%. En revanche, après intégration de la sévérité de la maladie, la mortalité à 30 jours était inférieure chez les sujets admis en USI par rapport à ceux admis dans un autre service (14,9% versus 21,0%, p=0,04), soit une réduction de la mortalité à 30 jours de 6,1 points de pourcentage.
  • Un patient sur 10 présentait des caractéristiques limites pour être admis en USI (proximité ou non de l’USI et non-USI, sujets de plus de 85 ans, sans atteinte organique, vivant dans l’ouest des États-Unis et ayant des revenus moyens).

Principales limitations

Étude rétrospective, et données cliniques limitées (notamment pour ce qui concerne la taille de l’infarctus, la pression artérielle, la fraction d’éjection ventriculaire gauche, …).