Statines : les facteurs de risque de non-observance et d’arrêt du traitement


  • Mary Corcoran
  • Univadis Actualités médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Une nouvelle étude ayant porté sur l’utilisation de statines chez les adultes plus âgés a découvert que la non-observance et l’arrêt du traitement sont élevés la première année. 

L’étude a inclus 22 340 Australiens âgés d’au moins 65 ans chez lesquels un traitement par statines avait été instauré de 2014 à 2015. 

Il est apparu que 55,1 % des patients n’observaient pas le traitement et que 44,7 % l’avaient arrêté. 

La probabilité qu’un adulte plus âgé n’observe pas son traitement par statines ou l’arrête a varié selon les données démographiques individuelles, les facteurs liés au mode de vie, les comorbidités, le type de statine prescrite et les caractéristiques du prescripteur. 

La non-observance et l’arrêt du traitement étaient particulièrement élevés parmi les personnes âgées de plus de 85 ans. Le fait qu’un traitement par statines soit instauré par un médecin généraliste, par rapport à un médecin spécialiste/autre professionnel, a été associé à une probabilité plus élevée de non-observance et d’arrêt du traitement, comme cela était le cas pour le diabète. Dans le même temps, l’hypertension, l’angor, l’insuffisance cardiaque congestive et la polypharmacie ont été associées à une plus faible probabilité de non-observance et d’arrêt du traitement.

« Les résultats de l’étude soulignent d’une part la nécessité d’interventions visant à améliorer l’utilisation des statines chez les adultes plus âgés, afin de concrétiser les bénéfices pouvant être apportés par les statines, et d’autre part la nécessité de reconnaître le fait que certains sous-groupes de personnes nécessitent peut-être une attention supplémentaire », a déclaré l’auteur principal, le professeur Danny Liew de l’Université Monash (Monash University) en Australie.

Les résultats ont été publiés dans la revue British Journal of Clinical Pharmacology.