Statines et grand âge : nouvelle méta-analyse sur les risques spécifiques

  • Murad MH & al.
  • J Clin Endocrinol Metab
  • 1 mai 2019

  • Par Caroline Guignot
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

Si l’apport des statines en prévention secondaire chez les plus de 65 ans dispose d’un bon niveau de preuve d’efficacité, essentiellement par rapport au risque coronarien et d’IDM, il est moins évident en prévention primaire selon une méta-analyse récemment parue dans The Journal of Clinical Endocrinology & Metabolism . Par ailleurs, les données sont insuffisamment nombreuses pour permettre de déterminer avec certitude que le bénéfice du traitement hypolipémiant pourrait être différent selon l’âge (65-74 ans ou 75 ans et plus) ou le statut diabétique.

Concernant l’apport des statines dans la prévention des AVC, les données de la littérature sont contradictoires, et cette méta-analyse suggère une absence de bénéfice. Enfin, cette dernière suggère qu’il existe peu de différence entre les deux groupes d’âge, alors que les recommandations tendent à distinguer les deux.

Implications cliniques

La prise en charge des dyslipidémies par statines chez le sujet âgé est recommandée en prévention secondaire chez les 65-75 ans, mais les préconisations sont en général moins formelles concernant les plus âgés ou la prise en charge en prévention primaire. Dans ce contexte, l’agrégation des données éparses de la littérature concernant ces populations semble importante pour guider la pratique clinique.

Méthodologie

Toutes les études cliniques randomisées ayant comparé un traitement hypolipémiant à un placebo ou deux stratégies (intensive vs moins intensive) chez les sujets de 65 ans et plus et présentant un suivi minimal de 12 mois ont été incluses dans l’analyse, indépendamment de la langue de parution. Les critères principaux d’évaluation retenus étaient la mortalité toutes causes, la mortalité cardiovasculaire, l’IDM, la survenue d’un évènement coronarien, l’insuffisance cardiaque, l’AVC, la revascularisation coronaire et la qualité de vie.

Principaux résultats

  • Au total, 23 études ont été identifiées, soient 60.194 patients de 65 ans et plus.

  • En prévention primaire (9 études, 24.246 patients, suivi de 1 à 8 ans), par rapport au placebo, les statines (pravastatine 10-40 mg, atorvastatine 10-40 mg, lovastatine 20-40 mg, fluvastatine 80 mg) permettaient de réduire le risque d’évènement coronarien (RR: 0,79 [0,68-0,91]) et d’IDM (RR : 0,45 [0,31-0,66]), mais pas les autres critères d’évaluation. Une seule disparité a été identifiée selon les groupes d’âge, concernant le risque d’évènement coronarien, qui semblait statistiquement diminué par les statines chez les 65-74 ans uniquement. Aucune différence n’a été observée selon le statut diabétique.

  • En prévention secondaire (8 études, 12.539 patients, suivi de 2,3 à 11,3 ans), par rapport au placebo, les statines (pravastatine 40 mg, atorvastatine 10-80 mg, simvastatine 20-40 mg) permettaient de réduire le risque de mortalité toutes causes (RR : 0,80 [0,73-0,89]), de mortalité cardiovasculaire (RR : 0,68 [0,58-0,79]), d’évènement coronarien (RR : 0,68 [0,61-0,77]), d’IDM (RR : 0,68 [0,59-0,79]) et de revascularisation (RR : 0,68 [0,61-0,77]). Le risque d’AVC et d’insuffisance cardiaque semblait le même dans les deux groupes.

  • La comparaison des stratégies intensives ou non intensives par statine en prévention secondaire chez les sujets âgés n’était fondée que sur 3 études et suggérait un bénéfice des premières sur les secondes sur les seuls critères de risque d’évènement coronarien et d’insuffisance cardiaque.

  • La niacine et les fibrates n’apparaissaient pas comme des alternatives efficaces en prévention secondaire, selon les quelques études et quelques critères d’évaluation rapportés.

Financement

L’étude a été financée par l’Endocrine Society.