Stabilisation des taux de mortalité due aux hépatites dans l’UE


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Les données publiées par la Commission européenne montrent que 7 300 décès ont été dénombrés dans l’Union européenne en raison de cas d’hépatite virale en 2015. Parmi ces décès, 3 900 ont été enregistrés chez les hommes et 3 400 chez les femmes. Ces chiffres montrent que les taux de mortalité due aux hépatites restent à peu près stables depuis le début de la tenue de registres dans l’UE en 2011. 

À l’échelle de l’UE, le taux de mortalité due aux hépatites s’est maintenu à une moyenne de 14 décès par million d’habitants en 2015. Des variations significatives ont toutefois été constatées entre les pays. L’Italie a enregistré le taux de mortalité due aux hépatites le plus élevé parmi les États membres de l’UE, avec 40 décès dus à des cas d’hépatite virale par million d’habitants, suivie de l’Autriche (31 décès par million d’habitants), de la Lettonie (26 décès par million d’habitants), de la Hongrie (21 décès par million d’habitants) et de l’Espagne (19 décès par million d’habitants). 

Malte n’a enregistré aucun décès dû aux hépatites en 2015. De faibles taux de mortalité ont été enregistrés en Slovénie et en Finlande, ces deux pays ayant enregistré un décès par million d’habitants. La Bulgarie et le Danemark ont enregistré trois décès par million d’habitants, tandis que les Pays-Bas et la République tchèque ont chacun enregistré quatre décès par million d’habitants. 

Près des deux tiers de l’ensemble des décès concernaient des personnes âgées de 65 ans ou plus.