SRLF : Le risque infectieux au cours des plasmaphérèses réalisées en USI

  • Dr Philippe Tellier

  • JIM Actualités des congrès
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

La plasmaphérèse est une technique d'épuration extracorporelle qui permet de soustraire du sang des macromolécules pathogènes dans diverses affections certes systémiques, mais aussi neurologiques, rénales ou encore hématologiques. Elle a fait la preuve de son efficacité, mais elle expose à des effets indésirables fréquents et parfois sévères notamment d'origine infectieuse. Une étude rétrospective menée dans un seule USI a permis d'inclure, entre 2002 et 2017, 88 patients qui ont bénéficié en tout de 616 plasmaphérèses dans les indications suivantes : purpura thrombopénique (n = 48 ; 55 %), maladie neurologique (n = 18 ; 20 %), vascularite (n = 14 ; 16 %), affection auto-immune (n = 4), autres (n = 4). Les traitements associés étaient les suivants : ventilation assistée mécanique (56 %), médicaments vasoconstricteurs (44 %) ou encore hémodialyse. Près d'une fois sur cinq (22 %), sont survenus des évènements indésirables en cours de procédure, mettant en jeu le pronostic vital dans un cas sur deux. Les infections ont concerné 44 % des patients : pneumopathie associée à la ventilation (n = 19) ou pneumonie nosocomiale (n = 4), réactivation virale (n = 16), bactériémie (n = 5), infection sur cathéter (n = 4) ou encore infection urinaire (n = 4). Le plus souvent, il s'est agi de formes sévères avec un choc septique dans 22 cas sur 39 (58 %) et 8 patients sont décédés (20 %). Une analyse multivariée a permis d'identifier des facteurs significativement associés à ces infections : âge (OR [odds ratio] = 1,05 ; p = 0,02), nombre de séances (OR = 1,22 ; p = 0,001) et ventilation mécanique assistée (OR = 4,22 ; p = 0,02). En revanche, aucune des variables suivantes n'a eu d'incidence sur le risque infectieux : score clinique de gravité lors de l'admission, traitement immunosuppresseur, type de liquide de substitution ou encore volume des échanges plasmatiques. La mortalité en USI s'est avérée plus élevée en cas d'infection, soit 28 % versus 16 %, sans que le seuil de signification statistique soit pour autant atteint (p = 0,28).