Spondyloarthrite axiale : intérêt de l’ixekizumab, anti-IL17A, après échec des anti-TNF

  • Deodhar A & al.
  • 20 oct. 2018

  • Caroline Guignot
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Selon l’étude de phase 3 COAST-W, l’ixekizumab améliore les symptômes associées aux formes axiales de la spondyloarthrite radiographique par rapport au placebo. Cet essai présente l’avantage d’avoir été mené au sein d’une population ayant déjà été traités sans succès par anti-TNF (intolérance ou inefficacité). Il montre une supériorité du traitement par rapport au placebo à 16 semaines en termes de taux de patients atteignant la rémission partielle (ASAS40) ou ASAS20, ainsi que sur les items choisis de qualité de vie.

  • Le traitement était globalement bien toléré, avec toutefois un risque d’infections et de neutropénie (stade léger à modéré) supérieur dans le groupe traité que sous placebo. Des données supplémentaires seront nécessaires pour confirmer ces résultats. Par ailleurs, les suivis planifiés à 1 an de cette cohorte et à 2 ans en ouvert permettront d’apporter une visibilité à plus long terme sur la balance bénéfice-risque de l’ixekizumab.

Pourquoi cette étude a-t-elle été menée ?

Les formes axiales de la spondyloarthrite radiographique peuvent être traitées par anti-TNF en cas d’intolérance ou de réponse insuffisante aux AINS, mais on estime que 30 à 40% d’entre eux ne répondent pas à ces biothérapies. La mise à disposition de médicaments ciblant d’autres mécanismes d’action est nécessaire. L’ixekizumab est un anticorps monoclonal anti-IL17A expérimental qui vise une voie immunologique de la maladie. Cette étude est la première à s’intéresser à l’efficacité du blocage de ce mécanisme d’action chez des sujets en échec d’anti-TNF.

Méthodologie

  • COAST-W est une étude multicentrique (15 pays, 106 centres) randomisée, menée en double aveugle, dans laquelle des patients de 18 ans ou plus présentant une spondyloarthrite axiale radiographique ont été recrutés (diagnostic avant l’âge de 45 ans, rachialgie≥3 mois, score BASDAI≥4, antécédents de traitement ≥12 mois, intolérance ou réponse inadéquate à au moins 12 semaines de traitement anti-TNF bien conduit).

  • Les patients étaient randomisés (1:1:1) entre un traitement par ixekizumab 80 mg SC toutes les 2 semaines (IXE2) ou 4 semaines (IXE4) ou un placebo durant 16 semaines. Dans les deux groupes recevant le traitement, les patients étaient randomisés entre une dose initiale à J0 de 80 ou 160 mg.

Principaux résultats

  • L’étude a inclus 316 patients : à l’issue des 16 semaines, 91,8%, 86,8% et 89,4% des patients du groupe IXE2, IXE4 et placebo ont terminé l’étude.

  • La réponse ASAS40 (critère principal) était supérieure dans les deux groupes traités : elle était atteinte par 30,6 et 25,4% des patients sous IXE2 et IXE4, contre 12,5% des patients du groupe placebo (p=0,003 et 0,017 respectivement). La réponse ASAS20 était atteinte par 46,9%, 48,2% et 29,8% des trois bras respectivement.

  • La posologie initiale (80 ou 160 mg) n’avait pas d’influence sur le critère principal d’évaluation. Par ailleurs, la réponse apparaissait significativement supérieure sous traitement dès la semaine 1.

  • À S16, les données de l’IRM et les valeurs de CRP montraient une amélioration significative dans les bras traités par rapport à l’inclusion, contrairement au groupe recevant le placebo.

  • Enfin, les critères d’activité de la maladie (score d’activité ASDAS), et de qualité de vie (composante fonctionnelle du SF-36, Indice de santé ASAS-HI…) montraient des résultats en faveur de l’ixekizumab.

  • Les évènements indésirables étaient plus fréquents sous traitement que sous placebo : il s’agissait préférentiellement d’infections respiratoires hautes ou de réactions au point d’injection, la plupart étant d’intensité légère à modérée. Au total, 3 patients IXE2, 4 patients IXE4 et 5 du groupe placebo ont présenté un évènement indésirable grave. Les infections et les neutropénies légères étaient statistiquement plus fréquentes sous traitement. Des anticorps anti-médicaments ont été observés chez 3 sujets sous placebo, contre 4 et 8 sous IXE2 et IXE4.

Financement

L’étude a été sponsorisée par Eli Lilly and Company.