Spinraza® : risque d’hydrocéphalie communicante


  • Fanny Le Brun
  • Univadis Actualités médicaments
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Spinraza® (nusinersen) est indiqué dans le traitement de l’amyotrophie spinale (SMA) 5q. Il est administré par voie intrathécale par ponction lombaire.

Des cas d’hydrocéphalie communicante, non liée à une méningite ou à une hémorragie, ont été rapportés chez des patients, y compris des enfants, traités par Spinraza®. Avant le début du traitement par ce médicament, les patients et les soignants doivent donc être informés de ce risque potentiel et des signes et symptômes évocateurs d’une hydrocéphalie, notamment : vomissements ou céphalées persistants, altération inexpliquée de la conscience et, chez les enfants, augmentation excessive du périmètre crânien. Les patients doivent consulter un médecin en cas d’apparition de l’un de ces symptômes.

Chez les patients présentant une altération de la conscience, la présence d’une augmentation de la pression du LCR et d’une infection doit être exclue.

En cas de diagnostic d’hydrocéphalie, les patients doivent être adressés rapidement à un médecin expérimenté dans ce domaine.

Pour certains cas d’hydrocéphalie communicante, l’implantation d’une dérivation ventriculo-péritonéale (DVP) a été nécessaire. En cas de poursuite de Spinraza® après la pose d’une DVP, les patients doivent être étroitement surveillés et évalués, sachant que les risques et bénéfices de Spinraza® chez les patients porteurs d’une DVP ne sont pas connus.