SoFOG 2018 - La méditation en pleine conscience pour lutter contre le stress des soignants


  • Agnès Lara
  • Actualités des congrès en Oncologie
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

Confrontés à la souffrance des patients dans un contexte de moyens limités, les soignants sont exposés au risque de syndrome d’épuisement professionnel. En ramenant les pensées vers le corps et l’instant présent, la méditation en pleine conscience permet de prendre du recul et de changer le regard que nous portons sur la réalité qui nous entoure.

Pourquoi est-ce important ?

Les soignants portent en eux un idéal du soin souvent difficile à concilier avec les contraintes de la réalité. Dans ce contexte de maladie, de mort et de ressources limitées, le syndrome d’épuisement professionnel ou burnout n’est alors pas loin.

Que peut-on attendre de la méditation en pleine conscience ?

Le fait d’être confronté à une souffrance répétée peut altérer la vision que l’on a du monde et amener à entrer dans un système de projection, autrement dit à ne voir que ce en quoi nous croyons. Dans ce tumulte d’émotions perturbatrices, d’angoisses, il est essentiel de prendre d’abord soins de soi pour pouvoir continuer à prendre soins des autres. « Ce n’est pas de l’égoïsme, mais de la sagesse » a déclaré Mahalia Dalmasso. Il faut développer la conscience de notre propre réalité, du véritable état dans lequel nous sommes, et non de celui dans lequel nous croyons être. Et pour cela, il est essentiel de se concentrer sur le corps. Car si la psyché peut croire en différentes versions de la réalité et se laisser bousculer par le doute, le corps, lui, ne ment pas. Il faut donc entraîner notre conscience à apprendre à écouter ce qu’il nous dit. C’est là que la méditation en pleine conscience peut être utile. « Elle permet de prendre conscience de l’état dans lequel nous sommes, de prendre du recul sur les pensées qui tournent en boucle sans les juger, de transformer notre dynamique psychique en intervenant sur le regard que nous portons sur une même réalité » aexpliqué la thérapeute. Ce retour au corps et à l’instant présent peut se faire en se focalisant sur le souffle. Trois minutes avant chaque moment de stress peuvent être suffisantes pour éviter bien des tensions. La méditation est utilisée depuis des milliers d’années et se répand aujourd’hui largement dans le milieu médical. Dans son rapport sur le syndrome d’épuisement professionnel, la HAS a d’ailleurs reconnu l’efficacité de la méditation en pleine conscience sur la santé mentale, le stress et l’anxiété (1). Une fois cette pratique intégrée, il est aussi possible de l’utiliser avec les patients, pour les aider à prendre conscience de ce qu’ils sont en train de vivre et mieux faire face à la maladie.