SMD/LMA : un traitement guidé par le statut de la MR permet de retarder/prévenir la rechute

  • Platzbecker U, et al.
  • Lancet Oncol
  • 12 nov. 2018

  • Par David Reilly
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Un traitement préventif par azacitidine était associé à une survenue plus tardive/une absence de rechute hématologique chez les patients atteints d’un syndrome myélodysplasique (SMD)/d’une leucémie myéloïde aiguë (LMA) ayant présenté une maladie résiduelle (MR) positive après une rémission complète (RC) sous chimiothérapie ou une greffe de cellules souches hématopoïétiques (GCSH) de première intention.

Pourquoi est-ce important ?

  • Ces résultats viennent appuyer l’importance de mesurer la MR dans ce contexte.

Protocole de l’étude

  • L’étude de phase II RELAZA2 a évalué l’effet d’un traitement préventif par azacitidine, guidé par le statut de la MR, dans le retardement/la prévention de la rechute hématologique chez des patients atteints d’un SMD/d’une LMA ayant présenté une MR positive après une RC sous traitement de première intention.  
  • Financement : Celgene Pharma ; Fondation José Carreras de lutte contre la leucémie ; Centre national sur les maladies tumorales, Fondation du consortium allemand sur le cancer.

Principaux résultats

  • 26 patients atteints d’un SMD et 172 atteints d’une LMA ont été évalués ; 29 % avaient obtenu une RC après une chimiothérapie et 71 % avaient obtenu une RC après une GCSH.
  • 30 % ont ensuite présenté une MR positive, dont 53 patients qui étaient en mesure de recevoir le traitement.
  • 58 % des patients (IC à 95 % : 44–72 %) étaient vivants et n’avaient pas présenté de rechute après six mois de traitement guidé par le statut de la MR (P 
  • Survie sans rechute (SSR) de 46 % (IC à 95 % : 32–59 %) à 12 mois chez les patients présentant une MR positive traités, contre 88 % (IC à 95 % : 82–94 %) chez les patients présentant une MR négative (RR : 6,6 ; IC à 95 % : 3,7–11,8 ; P 

Limites

  • Étude en ouvert ; taille d’échantillon limitée.