SMD à risque plus faible : des réductions de la dose de lénalidomide démontrent un bénéfice dans un essai de phase III

  • Garcia-Manero G & al.
  • Clin Lymphoma Myeloma Leuk
  • 21 déc. 2018

  • Par David Reilly
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Chez les patients atteints de syndromes myélodysplasiques (SMD) sans del(5q) à risque plus faible, qui étaient inéligibles/réfractaires aux agents stimulant l’érythropoïèse (ASE), le lénalidomide a entraîné un taux plus élevé de bénéfice clinique, comparativement au placebo, malgré une incidence accrue d’événements indésirables (EI) hématologiques.
  • Des réductions de la dose de lénalidomide pourraient avoir permis aux patients de continuer à recevoir le traitement plus longtemps.

Pourquoi est-ce important ?

  • Paradoxalement, une dose réduite de lénalidomide peut améliorer les résultats chez certains patients.

Protocole de l’étude

  • L’analyse de l’étude de phase III MDS-005 a été réalisée afin de comparer les profils bénéfices-risques du lénalidomide (n = 160) et d’un placebo (n = 79), chez 239 patients dépendants des transfusions de globules rouges (DT-GR) atteints de SMD sans del(5q) à risque plus faible non éligibles aux ASE.
  • Financement : Celgene Corporation.

Principaux résultats

  • Avec le lénalidomide, 31,9 % ont obtenu un bénéfice clinique, comparativement à 3,8 % avec le placebo : RC : 11,85 (IC à 95 % : 3,57–39,38) ; risque relatif (RR) : 8,39 (IC à 95 % : 2,70–26,06).
  • 31,9 % des patients ont arrêté le lénalidomide en raison d’EI liés au traitement (EIT).
  • Comparativement aux patients sans réduction de la dose de lénalidomide, les patients ayant bénéficié d’au moins une réduction de dose étaient plus susceptibles d’obtenir :
    • un bénéfice clinique supérieur ou égal à 8 semaines : 47 % contre 18 % ; RC : 3,98 (IC à 95 % : 1,94–8,15) ;
    • une DT-GR supérieure ou égale à 8 semaines : 39 % contre 16 % ; RC : 3,44 (IC à 95 % : 1,63–7,26) ;
    • une durée de réponse médiane plus longue : 29,6 semaines (intervalle : 8,1–123,7), contre 23,7 semaines (intervalle : 9,9–103,7).

Limites

  • Données rétrospectives.