SMArT Work : debout au travail !

  • Edwardson CL & al.
  • BMJ
  • 10 oct. 2018

  • Par Nathalie Barrès
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

De précédentes études avaient montré qu’un haut niveau de sédentarité était associé à une augmentation du risque de morbi-mortalité et avait des conséquences notamment sur le présentéisme ou l’engagement au travail. Les travailleurs de bureau constituent l’une des populations parmi les plus sédentaires, passant entre 70 et 85% de leur temps assis. Le programme SMArT Work, basé sur une approche multi-dimensionnelle, réduit significativement le temps passé en position assise, à court, moyen et long terme, et induit des changements positifs sur le stress au travail et la santé psychologique. Le temps quotidien passé assis était réduit de presque une heure et demie après 12 mois entre le groupe ayant suivi le programme SMArT et le groupe contrôle. Les stations debout de travail semblent avoir fortement contribué à ces résultats.

Pourquoi cette étude a-t-elle été menée ?

Ce sujet a fait l’objet de nombreuses études interventionnelles ces dernières années. Celles-ci ont évalué des stratégies variées (ajustements des bureaux, changements physiques des lieux de travail, stations de pédalage, conseils et informations, …). En revanche, elles se sont focalisées sur une évaluation à court terme. Ici, l’étude décrite intègre une évaluation à 3, 6 et 12 mois.

Méthodologie

Étude randomisée menée auprès de 146 participants (77 dans le groupe intervention et 69 dans le groupe contrôle). Le programme SMArT Work est bâti à partir de plusieurs stratégies de changement d’habitudes (cognitive, organisationnelle, préventive, …). Les patients du groupe intervention bénéficiaient d’un environnement de travail ajusté en taille, d’un accompagnement par des instructions avec des objectifs de temps assis/debout et d’activité physique, alors que le groupe contrôle continuait sa pratique usuelle.

Principaux résultats

Sur l’ensemble des sujets ayant participé à l’étude, 80% étaient des femmes, d’âge moyen 41,2 ans. Plus de sujets du groupe contrôle ont arrêté l’étude par rapport au groupe intervention (33% vs 17%). En moyenne, les participants passaient 72,6% de leur temps de travail (5,94 h/jour) assis, dont 47,1% sur des périodes prolongées (≥30 minutes). L’écart de temps quotidien passé en position assise était perceptible entre les deux groupes en faveur du groupe intervention dès le 3e mois (-50,62 min/j, pe mois (-64,40 min/j, p

Principales limitations

L’étude a été menée dans une seule organisation ce qui ne permet pas de généraliser les résultats.