Si l’adhésion de la population française à la vaccination s’améliore, la couverture vaccinale du nourrisson reste encore insuffisante


  • Marie Torre
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

A retenir

  • Concernant la vaccination en générale, les français sont légèrement plus confiants qu’en 2016 : plus de trois personnes sur quatre se disent favorables à la vaccination en 2017 (+ 3%).
  • Les réticences se concentrent essentiellement sur trois vaccinations : contre l’hépatite B, la grippe et les HPV.
  • Concernant la vaccination du nourrisson, les couvertures vaccinales sont élevées pour les vaccinations obligatoires en 2017 (DTP) ou celles administrées conjointement dans la première année de vie (coqueluche et Haemophilus influenzae b).
  • Les couvertures vaccinales restent cependant insuffisantes pour les vaccinations qui doivent être administrées dans la seconde année de vie (ROR, méningocoque C).

 

L’enquête Baromètre santé de Santé publique France constitue un dispositif d’enquêtes périodiques visant à mieux connaître les comportements, connaissances et opinions des Français en matière de santé.  Les données recueillies entre janvier et juillet 2017 auprès de 6 335 personnes permettent de constater que :

  • Plus de trois personnes sur quatre (78 %) se disent favorables à la vaccination en général,
  • Avec une très légère augmentation de l’adhésion à la vaccination par rapport à 2016 (+ 3 %).

L’adhésion à la vaccination en générale est plus forte chez les personnes jeunes, plus diplômées et parmi les parents d’enfants de 15 ans ou moins.

Les français restent surtout retissant envers trois vaccinations courantes, mais de manière moindre qu’en 2016 : -1,8 % pour les vaccinations contre l’hépatite B, -1,3 % pour la vaccination contre la grippe et -0,9 points pour la vaccination contre les HPV.

 

Concernant la vaccination du nourrisson, les données de couvertures vaccinales ont également été mises à jour.

Si les couvertures vaccinales du nourrisson sont élevées pour les vaccinations qui étaient déjà obligatoires en 2017 (DTP) ou celles qui sont administrées conjointement au sein de vaccins combinés (coqueluche et Haemophilus influenzae b), elles restent insuffisantes pour les vaccinations recommandées dans la deuxième année de vie :

  • La couverture vaccinale à l’âge de 2 ans contre la rougeole, les oreillons et la rubéole (ROR deux doses) est seulement de 80 % ;
  • Celle contre le méningocoque C de 73 % (avec cependant première estimation de couverture vaccinale encourageante (39,2 %) pour la dose de ce vaccin introduite à 5 mois dans le calendrier de vaccination 2017).

L’épidémie de rougeole qui touche la France depuis novembre 2017 rappelle pourtant combien une couverture vaccinale de 95 % à 2 ans pour les deux doses de vaccin ROR est nécessaire pour interrompre la circulation du virus.